Point de vue de Patricia Delalande

Patricia Delalande est chargée des relations avec les médiathèques au sein du label indépendant Prikosnovénie. Elle nous annonce en exclusivité le nouveau projet de Prikosnovénie à destination des médiathèques !

Quelle image vous donne la notion de médiathécaire, bibliothécaire musicaux etc. ?

Une personne, ou plus souvent, une équipe de personnes curieuses, ouvertes aux découvertes musicales et aimant le contact avec le public. Des personnes informées mais également intuitives, qui aiment transmettre leur passion et enrichir celles des autres.
Des agents également pluridisciplinaires, qui doivent souvent jongler avec un emploi du temps chargé et des effectifs de personnels parfois réduits.

Pensez-vous que les -thécaires soient prescripteurs ? notamment en ce qui concerne les nouveaux médias de la musique ?

Oui, nous le pensons. Mais peut-être pas pour l’ensemble de leurs publics. Il faut un temps de latence pour que la technologie s’installe dans les usages collectifs. Toutefois, des formations axées dans le domaine sont rapidement mises en place et investies. Et quand une nouvelle médiathèque est mise en place, elle prend souvent en compte immédiatement les progrès technologiques.
Certains utilisateurs, sont bien souvent équipés avant la médiathèque et apprennent donc par eux même à utiliser les nouveaux médias de la musique (ventes de MP3, streaming sur MySpace...etc). Toutefois, pour les personnes n’ayant pas accès à internet chez eux, la médiathèque peut vraiment être un lieu d’accès aux nouvelles technologies pour tous et le discothécaire peut vraiment tenir le rôle de prescripteur des nouveaux médias de la musique. Le discothécaire devient alors un conseiller avisé et équipé, qui guide l’utilisateur vers de nouveaux modes de consommation de la musique, tout en veillant au respect de la curiosité de l’utilisateur et les droits des artistes, des producteurs et des distributeurs.

Comment envisagez-vous des collaborations avec les -thécaires ?

Le label indépendant Prikosnovénie existe depuis 15 ans maintenant, et nous travaillons depuis une dizaine d’années avec les discothécaires de France. Nous allons proposer un nouveau service aux discothécaires à partir de janvier 2008 : il s’agit d’une plateforme numérique Prikosnovénie, avec une page personnalisée pour toutes les médiathèques et bibliothèques adhérentes. Tous les abonnés des structures adhérentes pourront venir y écouter et/ou télécharger gratuitement quelques titres de nos albums. L’adhérent pourra se connecter sur notre plateforme et entrer sur la page personnalisée de sa médiathèque avec les conseils et chroniques de ses discothécaires, la liste des disques du label Prikosnovénie qui sont disponibles à la médiathèque...
C’est l’occasion pour le discothécaire de se proposer en tant que prescripteur des nouveaux médias musicaux, en offrant un outil facile d’accès et d’utilisation, avec un catalogue original et varié, sur lequel il peut être conseillé. C’est un outil supplémentaire pour lui, pour faire connaître les disques de son fonds musical indé et de mettre en avant la créativité musicale actuelle.

Musique et corona virus

Notre base d'infos ressources covid et musique

à la une

Y’a pas de quoi, c’était l’IRMA

Y’a pas de quoi, c’était l’IRMA - asso musique actuelle

À la fin du mois, l’IRMA va se dissoudre [1] pour se fondre dans le CNM, l’établissement public de filière qui va reprendre ses missions, activités et personnels. L’association, créée en 1986, va donc disparaître après plus de trente années au service de l’écosystème musical.
L’occasion d’un rapide retour sur cette longue aventure para-institutionnelle, ses inventions et les principes qui ont porté cette entité sans équivalent dans le monde.

Voir aussi


Nous suivre /asso.irma /IrmACTU