Vidéoclip : un coup de pouce pour les campagnes de crowdfunding

Financement Musique enregistrée Vidéomusique - Clip

Financement

Étoffé à l’automne dernier, le dispositif Mise en oeuvre(s) ! de la Sacem octroie notamment une contribution pouvant aller jusqu’à 1.000€ sur certains projets de clips musicaux. En charge du programme, François Besson en explique les grandes lignes.

Initialement centré sur la musique contemporaine à travers un partenariat avec la plateforme Proarti, le dispositif Mise en oeuvre(s) ! a été étendu en octobre dernier pour accompagner des projets d’artistes créateurs intervenant dans le champ de la santé, mais également pour soutenir la production de vidéoclips.
En investissant le champ du financement participatif, l’objectif pour la Sacem est "d’offrir de nouvelles opportunités aux créateurs et de les inciter à s’emparer d’un écosystème innovant, au service de la diversité".

Ce volet d’aide aux clips a été mis en place à travers des partenariats avec les plateformes Ulule et Kisskissbankbank. Il vise à "encourager une écriture audiovisuelle ambitieuse et créative" et souscrit à ces critères suivants :

  • L’album (dont est issu le titre du clip) est en production ou sorti depuis moins de 3 mois
  • Il s’agit au maximum du 3e album de l’artiste
  • Il s’agit au maximum du 3e clip de cet album

Ce soutien vient abonder pour un maximum de 1.000€ sur la collecte par projet sélectionné, et est accompagné d’une formation à la gestion de la campagne par la plateforme.
La sélection de clips accompagnés est ensuite diffusée durant certains festivals majeurs (dans les répertoires concernés) afin d’accroître l’exposition auprès des professionnels.

À travers deux vidéos, François Besson, directeur de l’action culturelle de la Sacem, présente le dispositif dans sa globalité :
 
 
 

Musique et corona virus

Notre base d'infos ressources covid et musique

à la une

Y’a pas de quoi, c’était l’IRMA

Y’a pas de quoi, c’était l’IRMA - asso musique actuelle

À la fin du mois, l’IRMA va se dissoudre [1] pour se fondre dans le CNM, l’établissement public de filière qui va reprendre ses missions, activités et personnels. L’association, créée en 1986, va donc disparaître après plus de trente années au service de l’écosystème musical.
L’occasion d’un rapide retour sur cette longue aventure para-institutionnelle, ses inventions et les principes qui ont porté cette entité sans équivalent dans le monde.

Voir aussi


Nous suivre /asso.irma /IrmACTU