Vers un nouveau lieu pour les musiques actuelles à Toulouse

Publié le mardi 29 juin 2010

Spectacle

Pierre Cohen, maire de Toulouse, a présenté sa politique pour les musiques actuelles dans la ville. Il est notamment question d’ouvrir une salle de 500 places et de doubler le budget dédié au musiques actuelles.

Lors d’une conférence de presse le 17 juin dernier, le maire de Toulouse a annoncé la construction d’un nouvel équipement dédié aux musiques actuelles d’ici 2013, dans le quartier de Borderouge. Il comportera une salle de concerts de 500 places et des locaux de répétition, et sera doté d’un budget de 6 millions d’euros.
Pierre Cohen a précisé qu’il s’agissait de répondre à une jauge qui manque cruellement dans l’agglomération toulousaine, de 500 places, en complément des lieux existants (Le Bikini, le Phare...)
Ce nouveau lieu s’inscrit dans un dispositif plus large dédié au secteur des musiques actuelles, dont la mise en place a été analysée et détaillée dans une étude préalable.

Le 28 juin dernier, une rencontre a été organisée avec les différents acteurs et la ville pour restituer l’étude et présenter la politique envisagée. Parmi les axes forts de cette politique, on relèvera :
- le doublement du budget alloué aux musiques actuelles,
- le soutien des artistes locaux grâce aux "Pauses Musicales" et au dispositif "Toulouse in Bikini" (ouverture de la salle Le Bikini à des associations accompagnant des artistes en développement)
- l’adhésion de la ville à la plate-forme des cafés cultures
- la construction de parcours d’enseignement supérieur favorisant la professionnalisation des artistes
- la création de locaux de répétition dans trois autres quartiers dès 2011
- un programme de réhabilitation de certaines salles des centres culturels municipaux pour recevoir des concerts de musiques amplifiées.

Ce projet s’accompagne d’un ensemble de services s’inscrivant dans un contexte de structuration en terme de développement économique et d’emploi pour la filière musicale sur la ville et le Grand Toulouse.

La politique à mener est envisagée dans une logique de concertation et de partenariat avec les acteurs existants (associations de quartier, lieux ressources, accompagnateurs d’artistes...) pour travailler sur le mode de gouvernance, l’économie de la filière musicale et la structuration du territoire.

Avant Mardi, déjà porteur duprojet de pépinière musiques actuelles, sera notamment sollicité en tant que centre de ressources régional pour un appui technique.

info portfolio

Jacques Renard, directeur du CNV

Nous suivre /asso.irma /IrmACTU