Veille d’actualités - Semaine 37

Revue de web

Revue de web

Décision de la Cour européenne de justice lourde de conséquences pour les OGC • Les managers ont le blues • Les musiciens et les musiciennes ne sont pas responsables des pratiques illégales de leurs employeurs • Nouvelles conditions pour les livestreams sur Facebook et Instagram • Les clubs pourraient encore rester fermés jusqu’à avril 2021 • Etc.


Chaque semaine, l’IRMA propose une sélection d’informations sur le secteur musical.
Cette sélection est issue de la veille d’actualités relayée sur nos réseaux sociaux :



OGC : la Cour européenne de justice prend une décision lourde de conséquences
Emmanuel Legrand • Legrandnetwork • Accès libre (anglais)

La Cour européenne de justice a statué que les OGC de l’UE doivent traiter les créateurs de musique de manière égale, quelle que soit leur nationalité. L’impact peut s’avérer énorme pour les labels et artistes américains revendiquant des droits voisins en Europe, et sur les "irrépartissables" abondant les budgets d’action culturelle des OGC en France.

Également - Arrêt de la CJUE : "Si rien n’est fait, nous devrons nous passer de 65 % de nos aides" (Jérôme Roger / SPPF)



Les managers ont le blues
Par Patrice Demailly • Libération • Accès limité

Ils sont les chefs d’orchestre de la carrière de l’artiste mais leur fonction reste méconnue. Grands oubliés des aides institutionnelles, les managers sont en grande difficulté avec la crise sanitaire. Et tentent de se réinventer.




Les musicien.ne.s ne sont pas responsables des pratiques illégales de leurs employeurs
SNAM-CGT • Accès libre

Pole Emploi vient d’informer aux intermittents que leurs justificatifs d’emploi établis par la société "Smart-La nouvelle aventure" seraient refusés à compter du 1er octobre. Le SNAM, qui alerte sur l’illégalité des pratiques de la société depuis des années, fait valoir que les artistes ne peuvent être pénalisés pour des irrégularités commises par leurs employeurs.



Nouvelles conditions pour les livestreams sur Facebook et Instagram
Hypebot • Accès libre (anglais)

Dans le cadre la mise à jour de leurs conditions d’utilisation, Facebook et Instagram annoncent qu’il ne sera plus possible de créer "une expérience d’écoute musicale" qu’avec des titres sur lesquels le diffuseur a les droits (pas de reprise) et qui ont déjà été édités (pas de nouveaux morceaux qui ne seraient pas encore déclarés).

Également - Facebook veut interdire les DJ set en livestream à partir du 1er octobre



Les clubs pourraient encore rester fermés jusqu’en avril 2021
Par Flora Santo • Trax • Accès libre

Le Premier ministre Jean Castex souhaiterait prolonger le régime d’exception jusqu’en avril 2021, ce qui implique que les clubs ne pourraient pas rouvrir d’ici là. Le monde de la nuit va devoir être patient.

Également - La clandestinité va-t-elle devenir la norme dans le monde de la nuit ?

EN BREF

ARTISTE

ESTHÉTIQUE

TERRITOIRE

ÉDUCATION

ÉGALITÉ

MÉTIER

LIVESTREAM

DROIT

POLITIQUE

ÉCONOMIE

MARKETING

INNOVATION

MEDIA


(RE)PLAY

Industrie musicale, business & droit : mutations et futur idéal

Avec Pascal Guyon (Multi-Platinum Music Producer) et Julie Knibe (Soundcharts)
Vidéo


Le mouvement #brokenrecord demande une réforme du modèle de rémunération du streaming musical

Par Explizik
Podcast


L’avenir du livestream dans la musique

Par Yvan Boudillet (TheLynk)
Vidéo (anglais)


Soutien à la culture : quel est le rôle des pouvoirs publics ?

Avec Fabrice Murgia et Olivier Py
Podcast


OPINION


PENDANT CE TEMPS-LÀ

Élection américaine : 58 artistes indépendants unissent leurs forces pour sortir la compilation Talk - Action = Zero
Par Ashley King • Digital Music News • Accès libre (anglais)

Plusieurs artistes indépendants se sont regroupés pour sortir un album de compilation de 58 titres dont les profits iront à Spread the Vote, organisation de défense des droits qui aide les citoyens américains à s’inscrire pour voter.


UN PEU D’HISTOIRE

La Locura de Machuca, aux origines de la champeta
Pan African Music • Accès libre

La Locura de Machuca 1975–1980 retrace le parcours sonore de la champeta - musique afro-caribéenne apparue dans les années 1970 en Colombie - et l’histoire de Rafael Machuca qui, du jour au lendemain, décide de quitter son poste d’avocat fiscaliste pour créer sa maison de disque.





Nous suivre /asso.irma /IrmACTU