Upfi : lettre ouverte aux dirigeants d’Apple

Publié le jeudi 18 juin 2015

Musique enregistrée

L’union des producteurs phonographiques phonographiques indépendants adresse aux dirigeants d’Apple une lettre ouverte. Dans celle-ci, ils font part de leur insatisfaction quant aux conditions de lancement, sans concertation, du service de musique du géant américain, notamment sur l’absence de rémunération pour les labels pendant une période de 3 mois.

Communiqué


Apple Music : lettre ouverte des producteurs indépendants français aux dirigeants d’Apple

Nous prenons la liberté d’écrire aujourd’hui aux dirigeants d’Apple pour leur faire part de notre insatisfaction profonde concernant les conditions de lancement de leur nouveau service de musique en stream au plan mondial. L’UPFI est une organisation professionnelle qui représente la majeure partie des producteurs et distributeurs de phonogrammes indépendants. En France, les labels indépendants sont à l’initiative de 80% des albums de nouveautés produits sur notre territoire et représentent plus de 30% de la production vendue quel que soit son origine (37% dans le domaine numérique).

Nous avons toujours considéré Apple comme une marque innovante dans tous les domaines, proche de ce qu’incarnent les labels indépendants dans la découverte de nouvelles esthétiques musicales. Nous sommes convaincus que l’arrivée d’Apple Music est de nature à « booster » le marché du streaming musical, tout en considérant qu’il y a de la place pour plusieurs acteurs.

Malheureusement, la rapidité avec laquelle Apple a annoncé le lancement de ce nouveau service et le manque de consultation du secteur indépendant concernant les conditions contractuelles qui leur sont proposées voire imposées, donne le sentiment qu’Apple entend imposer ses conditions sans possibilité de réelles négociations préalables. Une telle attitude est clairement susceptible d’avoir de sérieuses conséquences dommageables pour nos membres sur le court terme.

La décision la plus dommageable pour les producteurs de musique est celle consistant à imposer une absence totale de rémunération pour les labels pendant une période de 3 mois, correspondant à une gratuité offerte aux clients d’Apple Music.

En agissant ainsi, Apple risque de provoquer une perte de revenus qui peut être considérable pour tous les labels dont l’activité repose sur la sortie des nouveautés, et ce d’autant plus lorsque leur équilibre économique dépend du succès d’un titre ou d’un album pendant cette période de gratuité. Cette attitude est d’autant plus choquante qu’elle fait supporter à la communauté des producteurs de musique le financement du lancement marketing de leur service. Alors même qu’Apple connait les difficultés récurrentes de l’industrie musicale et que tout le monde connaît les profits gigantesques d’Apple et sa valeur boursière.

Apple ne peut pas exiger des producteurs de musique qu’ils assument le financement du lancement de ce service, au risque d’aggraver les difficultés économiques que beaucoup d’entreprises traversent.

Apple constitue depuis plus de 10 ans un partenaire majeur pour l’industrie musicale, mais il est clair qu’en voulant imposer un contrat d’adhésion et des conditions de lancement inacceptables pour l’ensemble des labels indépendants, celle-ci prend le risque de porter atteinte à l’esprit de collaboration qui doit présider à nos relations.

Si, comme elle l’indique, Apple a un profond respect pour la musique et les artistes, elle doit revoir les conditions de lancement d’Apple Music et faire en sorte que les labels indépendants ne soient pas contraints d’en assumer le coût financier.



Nous suivre /asso.irma /IrmACTU