Téléchargement illégal en Europe : - 186400 emplois, - 10 Milliards d’euros

Publié le vendredi 26 mars 2010

Enquête

Selon une étude du Cabinet Tera consultants réalisée pour la Chambre internationale de commerce et relayée par le site TPE-PME, le téléchargement illégal aurait coûté cher aux industries créatives. Peloton perdant côté financier : la France et l’Espagne...

L’étude commandée par la Chambre internationale de commerce et réalisée par le cabinet Tera Consultants est consultable en ligne, ainsi qu’un résumé en français.

Dans un premier chapitre, consacré à la contribution des industries créatives à l’économie européenne, on apprend que : la valeur ajoutée des industries créatives centrales dans les vingt-sept pays de l’union européenne a été, d’après les estimations, de près de 560 milliards d’euros en 2008, soit une contribution d’environ 4,5% au PIB européen total pour cette même année. la valeur ajoutée de l’ensemble des industries créatives (industries créatives de centrales plus industries créatives périphériques), telle qu’elle ressort également des tableaux a et B, s’est élevée à environ 860 milliards d’euros en 2008, soit une part estimée à 6,9% du PIB.

Un second chapitre traite de l’impact du piratage sur les industries
créatives européennes les plus affectées.

L’impact économique du piratage en Europe à l’horizon 2015 est analysé dans un troisième chapitre et repose sur deux scénarios :

- le scénario 1, qui repose sur l’hypothèse selon laquelle le piratage numérique va croître à un rythme similaire au trafic lié au partage de fichiers, aboutit à une estimation conservatrice des pertes. Entre 2008 et 2015, l’échange de fichiers en europe devrait progresser à un rythme annuel supérieur à 18%. En appliquant un taux de croissance
comparable aux pertes dues au piratage, on aboutit à un manque à gagner d’environ 32 milliards d’euros, à l’horizon 2015, dans les secteurs de la musique enregistrée, du film, des séries tv et du logiciel [...].
À défaut de modification significative de l’action des pouvoirs publics et compte tenu de l’augmentation, d’année en année, des pertes dues au piratage, les emplois détruits sur une année le seront définitivement, entraînant un accroissement des pertes d’emplois dans le secteur. Autrement dit, les destructions d’emplois dans l’UE seront
d’environ 610 000 à l’horizon 2015, contre un peu plus de 185 000 en 2008.

- dans le scénario 2, l’hypothèse retenue est que la croissance du piratage numérique va suivre les tendances du trafic IP global des particuliers en europe (c’est-à -dire les communications effectuées via le protocole internet). Ce scénario prend ainsi en compte le piratage via partage de fichiers, mais également d’autres formes comme le streaming en ligne, fixant dès lors un plafond à l’impact du piratage numérique.


Nous suivre /asso.irma /IrmACTU