TPLM : pour que la musique soit au cœur de la campagne présidentielle

Publié le

Politique culturelle

En vue de l’élection présidentielle, l’ensemble des acteurs français de la musique, réunis au sein de l’association Tous pour la musique (TPLM), lance aujourd’hui un dispositif participatif afin de remettre la culture et la création musicale au cœur des politiques publiques.

TPLM : pour que la musique soit au cœur de la campagne présidentielle

À l’occasion de la Fête de la musique, la filière musicale souhaite engager un grand débat national sur le rôle de la musique et sur les moyens qu’il faut mettre en œuvre pour le maintenir et pour le développer. Président de TPLM, Bruno Lion explique la démarche : « parce que la musique occupe une place centrale dans la vie quotidienne de l’ensemble des citoyens, nous ouvrons le dialogue avec la société civile et avec le grand public ».

Concrètement, TPLM mettra deux outils d’expression à la disposition du grand public : d’une part, l’association organisera à travers la France des conventions décentralisées qui réuniront des représentants de la filière, des responsables politiques et des experts, autour de rencontres thématiques ouvertes au public ; d’autre part, elle ouvre dès aujourd’hui sur son site Internet un espace d’expression pour que chacun puisse prendre la parole et donner ses propositions afin que la musique dépasse le simple cadre d’expression culturelle pour devenir un projet de société à part entière.
L’enjeu pour TPLM est d’interpeller les candidats à l’élection présidentielle afin de donner à la musique une place proportionnelle à son poids dans la société et dans l’économie, en proposant un véritable programme politique co-construit avec l’ensemble des parties prenantes. Ce programme s’inscrira dans la continuité de ceux des candidats, avec des mesures à tous les niveaux de l’action publique : le soutien à la diversité de la création et aux artistes, l’éducation artistique et culturelle, le développement territorial et économique, l’emploi, la fiscalité, mais aussi la diplomatie, la recherche ou encore la santé. Les utilisateurs pourront donner leur avis et proposer leurs propres idées.

« Cette année encore la Fête de la Musique va nous rappeler que la musique est l’une des pratiques culturelles préférées des français, qu’elle est dans le coeur de tous, mais peu, voire pas, dans les programmes politiques. Or l’expérience a prouvé à maintes reprises que la musique est le terrain d’expérimentation de toutes les innovations que celles-ci soient technologiques, économiques ou sociétales, estime Bruno Lion. Contrairement à certains de nos voisins européens, où le droit à la formation musicale est parfois devenu constitutionnel, la France est très en retard dans l’accès de ses citoyens à la musique, alors même que ses vertus pour l’éducation, le vivre-ensemble ou pour l’économie sont connues de tous. C’est parce qu’elle est un puissant facteur de lien social qu’elle mérite un soutien fort de la part des pouvoirs publics ».

Le programme des conventions sera annoncé à la rentrée, il sera possible de contribuer sur le site jusqu’en janvier, en vue d’une présentation d’une série de mesures concrètes à l’ensemble des candidats lors des Victoires de la musique début 2017.

>> EN SAVOIR PLUS


Nous suivre /asso.irma /IrmACTU