Snep : "Madame la Ministre, aidez-nous à exposer les artistes en radio !"

Publié le

Musique enregistrée

Dans un communiqué, le Syndicat national de l’édition phonographique (Snep) s’alarme de la remise en cause et du non-respect des quotas de chansons francophones par un grand nombre de radios, et en appelle à la ministre Fleur Pellerin.

Communiqué


Snep : "Madame la Ministre, aidez-nous à exposer les artistes en radio (...)

Madame la Ministre, aidez-nous à exposer les artistes en radio !

Les producteurs du SNEP s’alarment de la grave remise en cause et du non-respect des quotas de chansons francophones par un grand nombre de radios. Alors que cette régulation a permis à de très nombreux artistes d’expression française de rencontrer leur public, les radios assument clairement leur combat contre la diversité culturelle sur les ondes !

Pour justifier leur thèse, elles usent, comme à leur habitude, des mêmes arguments fallacieux : la production francophone serait trop faible, si bien que les radios ne seraient pas en mesure des respecter leurs obligations légales. Vraiment ?

Personne ne doit être dupe de cette interprétation partielle et partiale des chiffres. La vérité, c’est que les arguments des radios sont superbement contredits par la réalité de la production locale !

En 2014, la production d’albums francophones est repartie à la hausse. Mieux, elle a même atteint l’un de ses plus hauts niveaux depuis 2008 ! L’offre de musique francophone est donc clairement dans une dynamique que les radios tentent volontairement d’éluder. Quand plusieurs milliers de titres francophones sont produits en France et 1200 d’entre eux envoyés aux radios, on ne peut décemment pas affirmer que les radios ne disposent pas des titres leur permettant de réaliser une programmation diverse, faisant la place à plus de nouveautés !

Pendant ce temps, c’est la diversité musicale qu’on assassine sur les ondes. Chaque mois, sur les réseaux jeunes, 75% des diffusions des nouveautés francophones demeurent concentrées sur 10 titres ! Et 20 titres représentent, à eux seuls, la totalité des diffusions des nouveautés francophones.

Le SNEP appelle les pouvoirs publics à prendre enfin leurs responsabilités et à mettre urgemment en œuvre la préconisation du rapport Bordes. Les titres francophones les plus diffusés ne doivent pas excéder plus de 50% de la diffusion francophone mensuelle des radios pour qu’enfin, vive la diversité culturelle sur les ondes.



Nous suivre /asso.irma /IrmACTU