RNPPMA : quels objectifs ?

Publié le

Interview

Denis Tallédec, directeur du Pôle et coorganisateur des Rencontres : "Dans un contexte politique et économique difficile pour notre secteur, il était plus que jamais nécessaire de trouver de nouveaux espaces de dialogues (...) et indispensable de repenser ensemble un réaménagement des politiques publiques à destination des musiques actuelles."

Le Pôle de coopération des acteurs pour les musiques actuelles en Pays de la Loire est une des chevilles ouvrières de l’organisation de ce rendez-vous qui aura lieu à Nantes.
Denis Tallédec, son directeur, a suivi toutes les étapes qui ont permis de construire ces deux jours de débats et revient sur les objectifs de l’événement.

RNPPMA : quels objectifs ?
Denis Tallédec

Comment est née la volonté de mettre en place ces Rencontres nationales Politiques publiques et Musiques actuelles ? Qui sont les porteurs de cette initiative ?
Depuis avril 2008, une quinzaine de réseaux territoriaux impliqués dans les musiques actuelles a décidé de s’engager collectivement dans un travail de coopération et de structuration, en lien avec les fédérations nationales du secteur. Les premières réunions inter-réseaux, qui se sont déroulées à compter du second semestre 2008, ont permis de dresser un état des lieux synthétique des actions menées par les réseaux territoriaux existants (compositions, valeurs, modes d’organisation, activités et missions).
Ce premier travail collectif a permis de constater et analyser les différences et les convergences, d’exprimer les besoins, d’engager une réflexion sur les problématiques communes et d’envisager des réponses collectives. Pour le moment, la composition, le développement et la prise en compte des réseaux de musiques actuelles sur les territoires sont très disparates. Cette diversité est révélatrice de la capacité des acteurs des musiques actuelles à s’adapter aux spécificités des territoires et aux particularités des développements territoriaux. Fruit des histoires et contextes locaux, cette diversité est une richesse indéniable. Néanmoins, dans un contexte politique et économique difficile pour notre secteur, il était plus que jamais nécessaire de trouver de nouveaux espaces de dialogues et de coordinations de projets.
Depuis plus d’un an, plusieurs rendez-vous ponctuels publics ont été mis en place (débat organisé par la Fracama durant le Printemps de Bourges 2008, débat lors du Mama 2009) autour de la question de l’aménagement du territoire, des politiques culturelles et plus largement des politiques publiques liées aux musiques actuelles.
Historique ! Dans un contexte d’urgence, ce sont donc plus de 30 réseaux qui se sont réunis afin de coorganiser ces rencontres : Avant-Mardi, Combo 95, Le Cry pour la Musique, Femag, Feppia, Fracama, Maad 93, Le Magnéto, Map, Le Patch, Polca, Le Pôle Pays de la Loire, Le Pôle Poitou-Charentes, Pince-Oreilles, Rama, Raoul, Réseau 92, Rézo-Parleur, Rezonne, Rif, Tréma, Zic-Zac en Lorraine. Mais également onze fédérations nationales : Cd1d, Collectif Culture Bar-Bars, FAMDT, Fédération des Scènes de Jazz et de Musiques Improvisées, La Fédurok, la Félin, Férarock, FFMJC, FNEIJMA, Réseau Ressource, Zone Franche. Cette volonté a été relayée par celle des partenaires publiques que sont le ministère de la Culture et de la Communication, l’ARF, l’ADF,la FNCC, le Conseil régional des Pays de la Loire et la ville de Nantes.

Quels sont les objectifs de ces Rencontres, tant au niveau du terrain que sur un plan plus politique ?
Dans un contexte de crises, d’une part au sein de l’économie française, et d’autre part interne au secteur des musiques actuelles (crise du disque, reconfiguration du secteur…), les politiques de décentralisation menées par l’Etat, l’invitation du CSMA à mettre en œuvre des concertations territoriales, ou encore la perspective de conférences permanentes régionales, ne sont que quelques éléments qui rendent nécessaire un travail concerté entre l’Etat, les collectivités territoriales, les organisations nationales et territoriales d’acteurs.
Il est ainsi indispensable de repenser ensemble un réaménagement des politiques publiques à destination des musiques actuelles. Il était donc urgent de construire un temps de travail pouvant réunir l’ensemble des partenaires concernés.
Ces rencontres seront l’occasion dans un premier temps, pour les acteurs des fédérations et des réseaux, d’échanger sur leurs réalités et sur les difficultés qu’ils rencontrent, afin d’imaginer collectivement des perspectives.
Puis dans un second temps, de mettre en débat l’ensemble de leurs réflexions avec les élus et les techniciens de l’Etat (de l’administration centrale et des services déconcentrés), des collectivités territoriales, et les organisations professionnelles.
L’enjeu est simple : la prise en compte sans délai des musiques actuelles dans leurs singularités et leurs diversités et ce à tous les échelons territoriaux !


Propos recueillis par Mathias Milliard

Nous suivre /asso.irma /IrmACTU