Quelle est la place des discothèques dans la politique culturelle locale ?

Aménagement du territoire... nocturne

Le bureau d’études Shaman propose un stage sur la place des discothèques dans la politique culturelle locale, et l’environnement politique et socio-culturel de l’action musicale. Des exemples de projets seront présentés. Plusieurs rendez-vous en mai 2006 à St Denis (93).

Parce que les discothèques sont un des premiers lieux d’échanges d’expériences et de découvertes musicales ; parce que ces acteurs locaux sont primordiaux pour la dynamique de la diversité musicale, nous mettons en avant le stage de formation organisé par Shaman, bureau d’études et de formation.

Les 10,11,12,16,17,18,19 Mai 2006.
Contact : Corinne Matheron ou Jacques Subileau (01.48.09.99.03)
Lieu : Région parisienne, St Denis (département 93)
Site internet :

Le programme de formation :

1. La place des discothèques dans la politique culturelle locale :

Matin : situation actuelle des discothèques dans le panorama local
Connaissance de l’environnement : évolution du nombre de discothèques, données statistiques concernant les prêts et les inscriptions en discothèque.
Les relations des sections discothèques avec les autres sections des bibliothèques et/ou les autres acteurs culturels à l’échelon local : les partenaires de l’action musicale à l’échelon local.

Après-midi : les fondements de l’action culturelle en discothèque :
Quelle forme d’action culturelle en discothèque aujourd’hui ?
Pourquoi la musique est-elle si souvent sollicitée pour développer des projets liés à la médiation culturelle, au métissage, à l’interculturel, quelles sont les fonctions inhérentes aux différentes pratiques musicales ?
Quel rôle jouent les différents médiateurs (des artistes au public en passant par les techniciens, les programmateurs ... )
Quels centres-ressources mettre en oeuvre pour réaliser les médiations nécessaires au développement de la musique ?
Premiers travaux autour du projet des stagiaires.

2. L’environnement politique et socio- culturel de l’action musicale :

Matin : La place de la musique dans le panorama des pratiques culturelles des français et en particulier celui des jeunes.
Analyse des données issues de l’enquête sur les pratiques culturelles des français (DEP).
Examen de différentes études menées dans différents sites en France autour des publics de l’action musicale.
Après-midi : L’intervention des institutions en faveur de l’action musicale :
le rôle de l’Etat dans le développement de la musique, et de l’action des discothèques.
le rôle des collectivités territoriales : positionnement des départements (réseaux d’Adiams), des Régions (Agence Régionales), des EPCI( Etablissements Publics de Coopération Intercommunale).

3. L’action culturelle en discothèque : exemples de projets :

deux études de cas : les actions culturelles menées par les discothèques.
Les exemples : Eric Lortie présentera l’exemple des Mureaux et celui de la préparation de la future médiathèque de Bastia.Jean-Pierre Bruey présentera l’exemple de Conflans Saint Honorine.
typologie des projets d’action musicale en France : à partir de l’examen de différents projets (résidences d’artistes, ateliers, lieux de création, accompagnement artistique...) questionnement sur le rôle de la discothèque et son intégration à la démarche.

4. Les savoir-faire de la discothèque dans le cadre de sa participation à un projet multi-partenarial : la connaissance des genres musicaux :

la généalogie des genres musicaux : construction et déconstruction.
les différents principes d’élaboration des musiques du XX° siècle
De Debussy à la techno en passant par le blues, le jazz, le rock, le reggae, le rap ...
Les styles musicaux comme constructions musicales sociales, historiques.
Vocabulaire musical et perception des formes musicales,
Approche technologique...
L’option pédagogique de cette journée est l’écoute et l’analyse de nombreux documents sonores qui structurent le travail.

5. Les projets d’action culturelle en discothèque à l’époque de la dématérialisation des supports : La nécessaire connaissance de la filière économique de la musique

Connaissance de la filière discographique en France : La production, l’édition, les labels, la distribution .`
Rôle et poids dans la filière. L’univers de la production de spectacles musicaux (des tourneurs nationaux aux producteurs ponctuels). Le rôle des sociétés civiles dans le développement de la filière musicale.
les mutations technologiques en cours : L’ère numérique et les stratégies des majors ou des firmes informatiques.Les pratiques de téléchargement : menaces ou consolidation des marchés de la musique ? quelle place de la discothèque dans ce panorama ?
Les réponses des discothèques aujourd’hui à la menace constituée par le numérique.

6. Les projets d’animation musicale et les nouvelles technologies :

La plupart des courants musicaux aujourd’hui sont marqués par une forte dimension technologique.
La démocratisation de l’usage des outils numériques amène une demande croissante d’accompagnement émanant des publics adolescents pour une meilleure maîtrise de la chaine numérique du son. Quelles propositions concrètes d’animation et d’accompagnement la discothèque peut-elle proposer à ses publics ?
choix des outils et techniques en fonction du projet
Savoir optimiser et configurer son matériel:fichiers, cartes audio, mastering, sampling...
Acquérir une autonomie technique afin de mieux définir et situer son projet musical au regard des technologies nouvelles.

7. Exemples de projets et évaluation : Présentation de deux réalisations ayant mobilisé des dynamiques d’évaluation.

Les intervenants :
Jean-Marie Leduc : journaliste et écrivain. Un observateur reconnu du monde musical. Il fut rédacteur en chef de plusieurs revues spécialisées dont Show Magazine. Il est l’auteur de différents ouvrages de référence dont " le rock de A à Z".
Eric Lortie : musicien, discothécaire à la Médiathèque des Mureaux jusqu’en mai 2005. Aujourd’hui en charge de la discothèque de Bastia.
J.P.Bruey : discothécaire à la médiathèque de Conflans St Honorine.
Corinne Matheron : consultant , elle dirige le cabinet d’études Shaman, spécialisé sur le secteur culturel . Elle a mené de nombreuses études pour des collectivités territoriales telles que La Communauté Urbaine de Dunkerque, la Ville de Joué les Tours .. sur le thème des musiques actuelles. Elle est co-auteur de l’ouvrage "Jeunes, musiques et médiation" et "lieux de répétition-création musicale : les conditions de l’expérience".
Jacques Subileau : musicologue. Il est le fondateur de Villes et Miroirs de Villes. Après une longue expérience de la production musicale en France et à l’étranger (Jaime Roos, Agustin Peyreira Lucena, Bill Keith, Dan Ar Braz, H.F.Thiéfaine..), il met en oeuvre différents travaux de recherche-action sur les pratiques musicales. Il travaille actuellement sur la réalisation de l’exposition "Paysages sonores : lire, écouter, voir".
Pierre Mayol : DEP- ministère de la culture. Pierre Mayol a mené de nombreux travaux de recherche sur les pratiques musicales , notamment des adolescents et des jeunes.
Louis Chrétiennot : (Musicien classique, rock ; ex-directeur du département musiques actuelles à l’Ardim Rhône-Alpes, professeur de musique, fondateur du département rock de l’Ecole Nationale de Musique de Villeurbanne)
Thierry Bertomeu :Musicien, compositeur, Ingénieur du son free-lance, Thierry Bertomeu travaille depuis de nombreuses années au développement de projets musicaux : il a par exemple réalisé en 2001 la musique du spectacle de danse Hip Hop "l’incroyable mystère pulp"Cie Trafic de styles, le CD « Mythra Bar », Album de remix de musiques tzigane.Il accompagne régulièrement les groupes professionnels en tant qu’ingénioeur du son : en 2001, il a réalisé les prises et mix de l’album Original Mauvais Garçons.(rap), de M’Bilia Bell (Sylla productions), du prochain album de Tonton David.


Nous suivre /asso.irma /IrmACTU