Le Rif fait son état des lieux

Filière Rock Territoire

Structuration

Ce mardi 26 février à la Bellevilloise, le Rif a présenté une première synthèse de son état des lieux portant sur les structures musicales constituant les réseaux départementaux adhérents d’Ile-de-France.

Les huit réseaux départementaux du Rif (Confédération des réseaux départementaux de lieux de musiques actuelles/amplifiées en Ile-de-France) ont réalisé, selon une méthodologie et un calendrier communs, un état des lieux de leurs adhérents pour l’année 2011.

Présentation de l’enquête RIF à la Bellevilloise - 26 fev. 2013

Cet état des lieux a été présenté publiquement à la Belleviloise le 26 février à travers deux tables rondes autour de l’échosystème des musiques actuelles et des enjeux et leviers pour l’avenir des musiques actuelles en Île-de-France.

L’enquête aborde l’ensemble des caractéristiques des 170 structures contributrices sur 210 que compte l’ensemble des réseaux : activités, emploi, éléments budgétaires, publics, partenaires et financeurs, etc.
Ainsi à travers le prisme de ses adhérents, le Rif affiche la volonté d’offrir, grâce à des éléments d’analyse chiffrés, un outil permettant une meilleure compréhension de la réalité diverse et riche du secteur musiques actuelles en Île-de-France.

Cette synthèse permet déjà de tracer quelques grands traits des réseaux adhérents : une grande diversité de formes juridiques (majoritairement association et régie directe municipale, on notera l’arrivée de structures commerciales liée principalement à l’adhésion du Map/Musiques actuelles à Paris), de modèles économiques (un budget médian dédié aux musiques actuelles de 135 000 € bien que plus de 40 % des structures disposent elles, d’un budget inférieur ou égal à 100 000 €), un fort développement de la pluri-activité, une part grandissante et prépondérante de l’accompagnement des musiciens, ainsi qu’une place accrue de l’action culturelle, tout en constatant que près de la moitié des structures emploient moins de 4 salariés.
Cette étude pointe également l’importance des pratiques amateurs en Île-de-France (61% des groupes programmés et 81% accueillis en répétitions sont amateurs).

- Plus d’information
Le Rif ; Marion Blanchard-Lagoeyte


Le document de synthèse sera bientôt disponible sur le site du Rif.


Ressources liées

Musique et corona virus

Notre base d'infos ressources covid et musique

à la une

Y’a pas de quoi, c’était l’IRMA

Y’a pas de quoi, c’était l’IRMA - asso musique actuelle

À la fin du mois, l’IRMA va se dissoudre [1] pour se fondre dans le CNM, l’établissement public de filière qui va reprendre ses missions, activités et personnels. L’association, créée en 1986, va donc disparaître après plus de trente années au service de l’écosystème musical.
L’occasion d’un rapide retour sur cette longue aventure para-institutionnelle, ses inventions et les principes qui ont porté cette entité sans équivalent dans le monde.

Voir aussi


Nous suivre /asso.irma /IrmACTU