Pour une télévision prescriptrice en matière musicale

Publié le jeudi 8 avril 2010

Media

Le volume de musique diffusé sur les chaînes hertziennes a diminué d’un tiers de 2000 à 2008, et même de moitié aux heures de grande écoute ! C’est une des conclusions d’un rapport publié par la Sacem qui réclame plus de diffusion musicale en prime time et sur des chaînes prescriptrices.

Ce rapport fait en effet apparaître plusieurs constats sur la place réellement occupée par la musique à la télévision. Pour cela, la Sacem s’est appuyé sur la même méthodologie que celle de l’Observatoire de la musique (qui n’est pas celle du CSA), à savoir que seules les passages où la musique est interprété sont comptabilisées (et non pas toute l’émission), sans tenir compte des musiques de sonorisation et d’illustration.

La diffusion musicale subit une double limitation, dommageable en termes d’exposition et de promotion :
- La diffusion de chanson fait l’objet d’un transfert des chaînes généralistes à 
forte audience vers des chaînes plus confidentielles
. Le volume de chanson diffusé est en chute libre depuis 2000, notamment sur les chaînes généralistes du groupe France Télévision, y compris sur France 4. Ainsi, la musique est de plus en plus cantonnée à des chaînes thématiques de la TNT dont
les audiences et donc l’impact prescripteur sont encore faibles.
- L’exposition de musique se fait très majoritairement à des horaires peu
fédérateurs.
- Elle tend à se concentrer sur des heures d’écoute non significatives (entre minuit et 6 heures), sur les chaînes généralistes comme sur les chaînes
thématiques. Pire, les émissions de variétés sont même complètement absentes, aux heures de grande écoute, des chaînes musicales ou à composante musicale de la TNT.

Derrière ce constat, la Sacem, appuyée par le Snep, réclame une meilleure prise en compte des musiques interprétées à la télévision, notamment sur les chaînes prescriptrices (les chaînes hertziennes) et aux heures de prime time.

Télécharger le rapport Musique à la télévision


Nous suivre /asso.irma /IrmACTU