Pour une politique "musiques actuelles" à destination du jeune public ?

Publication

Dans un rapport commandé par la DMDTS, G. Authelain, fondateur du CFMI de Lyon, dresse un état des lieux prospectif sur l’offre (de spectacle, d’accompagnement...) "musiques actuelles" proposée au jeune public. Il y préconise un soutien plus marqué vers ce type de programmation afin de mieux prendre en compte ce public spécifique.

Dans ce rapport, l’expression "jeune public" recouvre principalement trois périodes : la petite enfance (0-6 ans), l’enfance (7-11 ans) et l’adolescence (12-16 ans). Les lycéens ne sont donc pas considérés comme faisant partie du jeune public, formant une population de "jeunes" dont "l’autonomie culturelle est largement établie".

Complétant la recherche conduite en 2001 par Lucie Kayas [1], l’auteur établit des constats à partir de l’analyse de questionnaires envoyés aux structures de diffusion et aux artistes ayant "fait le choix du jeune public".
On découvre ainsi que les personnes affectées à un service Jeune Public, quand il en existe, sont plus souvent à temps partiel. Si les festivals ont la plus part du temps des spectacles Jeune Public, les Smac n’y consacrent que 15 % de leur programmation. Au sein des différentes esthétiques des musiques actuelles, c’est souvent par ailleurs souvent la chanson qui est privilégiée.

Après avoir évalué les différents dispositifs d’accompagnement que propose les lieux de diffusion ou d’enseignmement, G. Authelain analyse l’action de certaines structures en détail (JMF, Fédurok, Trempolino, Enfance et musique, La ligue de l’enseignement...), en France comme à l’étranger, et émet 12 préconisations pour assoir l’offre de spectacle, d’accompagnement et de diffusion sur support en faveur du jeune public :

1. Poursuite du travail avec les associations régionales
2. Assises nationales du spectacle Jeune public
3. Constitution d’une source de renseignements
4. Un Chantier des Francofolies pour artistes jeune public
5. Un festival jeune public avec des master-classes
6. Intégrer la connaissance de l’enfant dans la formation des cadres
7. Une formation pour les responsables éducatifs
8. Une politique de commandes
9. Une politique de concerts avec les SMAC
10. Une politique de résidences avec démarches innovantes
11. Ouvrir une salle spécialisée jeune public
12. Un temps d’antenne sur une radio nationale

A quand des quotas "jeune public" dans les programmations et sur les ondes... ?

Téléchargez le rapport (pdf)

[1KAYAS Lucie, « Musiques et jeune public, Écouter-interpréter-inventer, » MCC (DMDTS), Paris, février 2002.


Nous suivre /asso.irma /IrmACTU