Plus de diversité musicale en radio & TV en 2018

Publié le jeudi 4 juillet 2019

Media

L’Observatoire de l’économie de la filière musicale publie les Indicateurs 2018 de la diversité musicale dans le paysage radiophonique et dans le paysage audiovisuel. Les deux panels font apparaître une tendance à plus de diversité sur les ondes et le petit écran.


Pour la troisième année consécutive, l’étude d’un panel de 42 stations présente des hausses sur une grande partie des indicateurs de diversité : plus de titres ont été diffusé (+3,3%), notamment francophones (+7,6%), et plus d’artistes également (+3,1%). Les diffusions de nouveautés gagne par ailleurs 1,4 point, et les nouvelles entrées en playlist 11,8% points.

FIP est la radio qui diffuse le plus de titres musicaux différents (près de 40.000, en croissance de 7.6%) alors que les trois suivantes (qui diffusent entre 10 et 15 000 morceaux) en proposent moins à l’antenne qu’en 2017 : Radio Nova (-7.8%), Radio FG (-7.4%) et France Inter (-2.7%).

Bien que les diffusions progressent globalement de 2,1%, l’audience est en repli (-1,3% de contacts musicaux). Dans l’ensemble de la diffusion, les titres à forte rotation présentent une part stable de 1,6%, pour une part en diffusion de 69,3% en léger repli (-0,2%).
L’étude pointe le retour des joint-ventures qui atteignent 7,3% des diffusions de nouveautés, au détriment des labels indépendants - près de ¾ des nouveautés identifiées (+5,7 points) - qui perdent en audience (-5,6 points en contact), ainsi que des majors (-2,7 pts en contact).

Plus d’infos



La diffusion de vidéomusiques se caractérise par une plus grande diversité en termes de vidéomusiques diffusées (+9,2%), d’artistes exposés (+10,7%), et se conjugue à une hausse des diffusions (+1,2%) portée par les chaînes du câble-satellite.

Pour la première année, le rap domine avec 21,8% de parts en diffusion (+4,1 points). La diffusion de nouveautés, en recul sur le panel (-2,5 points), atteint son niveau le plus bas depuis 10 ans sur la TV numérique hertzienne (-12 points). Sur les seules chaînes numériques hertziennes, la diffusion de concerts et interprétations plateau expose plus d’artistes (+6,4%) au sein d’un plus grand nombre de programmes (+7,7%).

Avec plus de 125 heures de diffusions musicales (+1,1%), la première partie de soirée composée à 82% de live plateau progresse, alors qu’en 24h-24h la volumétrie se contracte (-13,3%), et la diffusion de concerts recule de 353 heures (-17,9% vs. 2017).

Plus d’infos


Nous suivre /asso.irma /IrmACTU