Physique et numérique se partagent le marché

Économie - Business Musique enregistrée

Musique enregistrée

Pour la deuxième année consécutive, le marché de la musique enregistrée a progressé (+ 3.9% en 2017). Le streaming par abonnement tire les revenus à la hausse tandis que le marché physique ne dégringole plus.

Après avoir déjà progressé de +5.4% en 2016, le marché de la musique enregistrée (données SNEP) poursuit sa reprise en 2017 (+ 3.9%) pour atteindre un chiffre d’affaires de 583M€ (723 M€ si on y ajoute les droits voisins et les synchronisations).
Si les membres du syndicat s’en félicitent, ils analysent cependant ces indicateurs avec prudence, estimant que « la dynamique de la production n’est pas encore pérenne et que les nouveaux modèles économiques pas encore matures. »


En 2017, les revenus tirés des ventes se sont équilibrés entre la part provenant du numérique (48,8%) et celle du physique (51.2%).
Le streaming est « le moteur de cette croissance » (+23%, pour 243M€), notamment grâce au streaming par abonnement qui génère l’essentiel de la valeur : il représente 83% des revenus du streaming et 35% des revenus du marché. Si la progression du nombre d’abonnés se poursuit à un rythme moins soutenu (+ 500 000), elle est compensée par une part plus importante des abonnés payants, hors bundle avec un opérateur téléphonique.

Les ventes de supports physiques continuent de décroître (- 4.7%), mais ce fléchissement est moins fort depuis deux ans, le marché pouvant s’appuyer sur « les 3800 points de ventes qui commercialisent de la musique à travers tout le territoire (et qui) demeurent une chance pour le consommateur et une force pour la filière musicale » précise le SNEP. Quant au vinyle, il séduit toujours plus de consommateurs, avec des volumes multipliés par 4 en 5 ans. Pour autant, il ne représente que 12,2% du chiffre d’affaires physique.



Autres points abordés :

Musique et corona virus

Notre base d'infos ressources covid et musique

à la une

Y’a pas de quoi, c’était l’IRMA

Y’a pas de quoi, c’était l’IRMA - asso musique actuelle

À la fin du mois, l’IRMA va se dissoudre [1] pour se fondre dans le CNM, l’établissement public de filière qui va reprendre ses missions, activités et personnels. L’association, créée en 1986, va donc disparaître après plus de trente années au service de l’écosystème musical.
L’occasion d’un rapide retour sur cette longue aventure para-institutionnelle, ses inventions et les principes qui ont porté cette entité sans équivalent dans le monde.

Voir aussi


Nous suivre /asso.irma /IrmACTU