Panorama des ICC : les professionnels de la musique saluent la reconnaissance d’un "fleuron de l’économie française"

Publié le

Economie

Suite à la présentation hier du premier panorama des industries culturelles en France, les réactions des professionnels de la musique ne se sont pas faites attendre. Tous saluent un travail qui doit servir à la reconnaissance pleine et entière par les pouvoirs publics des industries culturelles comme un des fleurons de l’économie française.

Panorama des ICC : les professionnels de la musique saluent la (...)Le premier panorama des Industries créatives et culturelles, réalisé par le cabinet Ernst&Young, a été présenté hier, mercredi 6 novembre, à la Sacem. Et les réactions des professionnels de la musique ne se sont pas faites attendre.

Dès ce matin, l’association Tous pour la musique, qui fédère toutes les professions du secteur, insistait sur la reconnaissance du fait que "la musique et les industries culturelles en général sont des moteurs de l’économie française", et sur l’intérêt particulier de cette étude, qui permet de "démontrer l’énorme potentiel économique d’un secteur très largement sous-estimé". Une étude dont les conclusions "ne sont pas une surprise" et qui, également, "légitime l’action menée par TPLM depuis plusieurs années pour valoriser ce potentiel, notamment auprès des pouvoirs publics français et des dirigeants européens".

Le constat est le même du côté du Snep, le Syndicat national de l’édition phonographique, dont les membres "se félicitent de la réalisation de cette analyse inédite, qui met en lumière la vitalité et le poids économique des industries culturelles en France, jusqu’alors largement sous-estimé". Rappelant également que "la musique a été la première des industries créatives à être concernée par les nouveaux modes de consommation", "il est impératif que les pouvoirs publics maintiennent et renforcent un cadre légal protecteur du droit d’auteur et des droits voisins sur Internet, afin de combattre la concurrence déloyale du piratage".
>>Lire le communiqué du Snep

Du côté des producteurs de la SPPF, on relève également que "la musique (hors spectacle vivant) pèse 8,6 Milliards € de CA et 240 874 emplois directs ou connexes. Ces données en font la 2ème industrie culturelle en France". Ce constat permet d’ailleurs à la société civile de réclamer pour le secteur de la musique enregistrée, qui a accompli sa révolution numérique, "toute l’attention qu’il est en droit de mériter de la part du Ministère de la Culture et des pouvoirs publics", et d’affirmer que "la propriété intellectuelle n’est pas le problème mais la solution au déploiement des réseaux numériques". Pour Jérôme Roger, directeur général de la SPPF, "il était temps de se battre sur le même terrain que celui des américains : celui de la valeur ajoutée des industries culturelles. Et pas uniquement sur celui de l’exception culturelle qui est souvent interprétée, à tort, comme un concept défensif."
>>Lire le communiqué de la SPPF

La Sacem, qui accueillait dans ses locaux la présentation de l’étude, a de son côté affirmé sa fierté d’avoir contribué à un "travail, qui étudie pour la première fois de manière globale, le poids économique des 9 secteurs culturels français - arts graphiques et plastiques, musique, spectacle vivant, cinéma, télévision, radio, jeux vidéo, livre, presse/journaux/magazines." Pour Jean-Noël Tronc, directeur général, "les ICC, avec leur 1,2 million d’emplois en majorité non délocalisables, qualifiés comme non qualifiés, qui attirent les jeunes, et sont répartis sur l’ensemble du territoire, et leurs 74,6 milliards d’euros de contribution à l’économie française, sont une partie de la solution au défi national de la croissance et de l’emploi. Elles sont les industries du futur numérique de la France et de l’Europe, dont la créativité et la diversité culturelle sont un des grands atouts. Parce qu’il n’y a pas de création sans créateur, ce panorama lancé par France Créative souligne l’importance du soutien aux secteurs culturels et aux droits d’auteurs."
>>Lire le communiqué de la Sacem

titre documents joints


Nous suivre /asso.irma /IrmACTU