Musiques du monde cherchent médiatisation

Conférence

Reportée d’un mois, cette rencontre organisée par l’Université paris 1, dans le cadre des Jeudis de la Sorbonne, aura lieu le 9 mars 2006. Cette conférence sera l’occasion de questionner la visibilité médiatique des musiques du monde qui se sont implantés durablement dans le paysage musical occidental.

16ème édition du cycle des jeudis de la Sorbonne :

Musiques du monde cherchent médiatisation

Avec la participation de :

François BENSIGNOR - Responsable du Centre d’information des Musiques Traditionnelles et du Monde à l’Irma

Dulce MATIAS - Chanteuse capverdienne

Bouziane DAOUDI - Journaliste spécialisé en musiques du monde à Libération et directeur de rédaction du magazine World

Conférence le 9 mars 2006 de 19h15 à 21h, entrée libre
Amphithéâtre centre Charles Michel
53 rue des Bergers 75015 Paris

Contact : lesmusiquesdumonde@yahoo.fr

Présentation :

Nous souhaitons réfléchir, durant cette conférence, sur les conditions de la montée en puissance du marché des musiques du monde. En effet, ce qui passait alors pour une mode passagère, s’impose comme une réalité culturelle, économique et commerciale qui touche l’ensemble du monde occidental.

Nous traiterons des rapports qu’entretiennent les musiques du monde avec les médias, et plus particulièrement nous verrons si les médias permettent aux différentes musiques, consignées dans la catégorie musiques du monde, d’acquérir, chacune, plus de visibilité.

La rencontre entre un artiste, un journaliste et le responsable du CIMT permettra de débattre sur la notion de « musiques du monde », de traiter de la place des musiques du monde au sein des médias traditionnels et de voir dans quelles mesures, les nouvelles technologies ont une influence sur le développement de cette catégorie musicale.

Musique et corona virus

Notre base d'infos ressources covid et musique

à la une

Y’a pas de quoi, c’était l’IRMA

Y’a pas de quoi, c’était l’IRMA - asso musique actuelle

À la fin du mois, l’IRMA va se dissoudre [1] pour se fondre dans le CNM, l’établissement public de filière qui va reprendre ses missions, activités et personnels. L’association, créée en 1986, va donc disparaître après plus de trente années au service de l’écosystème musical.
L’occasion d’un rapide retour sur cette longue aventure para-institutionnelle, ses inventions et les principes qui ont porté cette entité sans équivalent dans le monde.

Voir aussi


Nous suivre /asso.irma /IrmACTU