Musique et publicité ou politiques publiques liées aux musiques populaires : avis de soutenances de thèses

Publié le lundi 10 décembre 2012

Enseignement

La musique de publicité, entre droit d’auteur et conseil en communication pour Christophe Magis et Les politiques publiques liées aux musiques populaires en France pour Marc Kaiser, deux soutenances de thèse ont lieu cette semaine à Paris.

Soutenance publique de thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication

de M. Marc Kaiser

Mercredi 12 décembre 2012 à 9h30

à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, salle Las Vergnas (3e étage),

au 13 rue de Santeuil, Paris 5ème.


Titre :

Les politiques publiques liées aux musiques populaires en France : la dimension culturelle en question.


Jury :

- G. Guibert, Université Paris 3 (président)
- J. Guyot, Université Paris 8 (rapporteur)
- É. Maigret, Université Paris 3 (directeur de thèse)
- T. Mattelart, Université Paris 8 (rapporteur)

Résumé :

Cette thèse interroge la dimension identitaire des politiques publiques liées aux musiques populaires en France à partir d’une approche spatio-temporelle. En considérant une politique de représentations sonores dans une perspective communicationnelle post-critique, les cultures musicales populaires apparaissent comme le terrain privilégié pour envisager à la fois des moyens de représentation de mouvements culturels et des réalisations concrètes d’actions publiques. La notion de réglementation, en tant que discipline du corps et mode d’accessibilité, donne à voir les rapports de pouvoir et les conflits de définition au sein des médias et des espaces urbains liés aux esthétiques populaires. Cette étude montre d’abord, à partir de l’exploitation d’un fonds d’archives inédit, comment les éditeurs phonographiques français ont mené une politique du disque jusqu’à devenir les seuls représentants de l’industrie musicale auprès des pouvoirs publics. Les industries culturelles ne sont pas seulement l’un des enjeux mais également l’un des acteurs des politiques publiques. De là, nous avons associé une « spatio-analyse » des musiques populaires (au sein de scènes musicales comme des lieux de ressources, de luttes et d’actions) à une étude des médias (comme lieux de défense ou d’abandon d’identités). La mise en perspective de la scène parisienne avec celles de Sydney et de Québec permet de singulariser des ressources locales inscrites dans les problématiques contemporaines de transnationalisation et d’hybridation culturelle, et de situer plus largement les enjeux politiques de la culture. Dans le contexte de pluralisme et de droits culturels des sociétés modernes, nous proposons finalement de revoir les représentations nationales qui guident les modes de gouvernance culturelle.

Mots clés : musiques populaires, réglementation, scène, médiacultures, historiographie, enquête de terrain.


Soutenance publique de thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication

de M. Christophe Magis

Jeudi 13 décembre 2012 à 14h

à l’Université Paris 8, salle D 143.


Titre de la thèse :

La musique de publicité, entre droit d’auteur et conseil en communication. Propositions d’analyse socio-économique et musicale des mutations conjointes de l’industrie de la musique enregistrée et de l’industrie publicitaire (1990-2010).


Jury :

- Philippe Bouquillion (Université Paris 8)
- David Buxton (Université Paris 10)
- Marc Hiver (Université Paris 10)
- Jean-Paul Olive (Université Paris 8)

Résumé :

Alors que sa place est de plus en plus prégnante dans le quotidien des individus au point même qu’elle tend quasiment à conquérir le statut de genre musical, la « musique de publicité » a pourtant été relativement peu étudiée par la recherche universitaire francophone et notamment par l’ensemble des approches en théories des industries culturelles. Ce travail se propose donc de questionner sa place à l’intersection entre l’industrie de la musique enregistrée et l’industrie publicitaire, notamment dans les mutations conjointes qu’ont connu ces deux dernières au tournant du 21è siècle. La perspective qui est la notre, résolument interdisciplinaire et inscrite dans le champ des sciences de l’information et de la communication, cherche par ailleurs à articuler deux réseaux de problématiques rarement pensés ensemble dans les recherches sur les industries culturelles : le rapport entre l’affrontement des stratégies socio-économiques des acteurs et la réalité esthétique des productions culturelles.

Il s’agit alors, dans un premier temps, de définir par l’analyse d’un ensemble d’entretiens semi-directifs, l’organisation des différents acteurs qui composent le secteur de création de la musique de publicité, acteurs qui, souvent issus de l’industrie musicale ou de l’industrie publicitaire, tendent à orienter leurs stratégies selon des logiques émanant des habitudes de leurs secteurs d’origine respectifs.

Une fois la réalité socio-économique du secteur de production de la musique de publicité définie, une seconde partie vise à élaborer des catégories d’analyse musicale des musiques de publicité et montre dans quelle mesure ces productions portent musicalement la trace des diverses tensions entre les différentes logiques caractérisant le secteur.



Nous suivre /asso.irma /IrmACTU