Ministère de la Culture : un budget 2011 en hausse

Publié le

Politique culturelle

Le ministre de la Culture et de la Communication a présenté un budget 2011 en hausse de 2,1%. Le budget de la DGCA est maintenu et la Hadopi se voit dotée d’une enveloppe de 12 millions d’euros.

Frédéric Mitterrand l’a annoncé, le budget global de son ministère se portera en 2011 à 7,5 milliards d’euros, soit 154 millions de plus qu’en 2009. En pleine période de rigueur, l’annonce d’une hausse budgétaire apparaît comme exceptionnelle. Le ministre a également détaillé les orientations de son action, en mettant en avant les priorités accordées à la mission "culture" (patrimoines, création, transmission des savoirs et démocratisation de la culture). Il a également affirmé sa volonté de soutenir les industries culturelles. Le volet "communication" bénéficie en effet d’une hausse significative. Ainsi, les crédits de la mission "médias, livre et industries culturelles" augmentent de 2,8%, pour atteindre 4,68 milliards d’euros.

La filière musicale dans l’expectative

Si les priorités accordées au cinéma et à l’audiovisuel ont été largement détaillées, les questions liées à la filière musicale n’ont pas été directement abordées. Interrogé sur le sujet à la suite de son discours, le ministre a annoncé avoir créé un groupe de travail avec une personnalité de la filière musicale. Ce groupe doit dresser un inventaire des questions importantes à traiter. Aucune réponse concrète donc, même s’il a tenu à rappeler qu’il savait que la filière musicale se "sentait en danger et était dans un grand état d’anxiété". Il a également rappelé l’importance de l’Hadopi, dont la subvention de 12 millions d’euros constituera l’intégralité du budget. Budget par ailleurs quasiment équivalent à celui de la Cnil (Commission nationale informatique et libertés).

Les crédits alloués au spectacle vivant sont en stagnation (663 millions d’euros), ce qui entraîne des inquiétudes chez les professionnels, notamment en régions (276 millions d’euros). Ces derniers regrettent la non-prise en compte de l’inflation et des nouveaux projets, comme celui de la Philarmonie, visiblement dans une situation délicate.

Lire le communiqué du ministère


Nous suivre /asso.irma /IrmACTU