Midem/Upfi : les producteurs indépendants en mode offensif

Publié le vendredi 5 juin 2015

Musique enregistrée

Dans un communiqué, l’Upfi (Union des producteurs phonographiques français indépendants), profite de l’ouverture du Midem pour annoncer qu’elle présentera d’ici l’été un plan de soutien global à la transition numérique en faveur plus particulièrement des PME – TPE.

Communiqué


MIDEM 2015 : les producteurs indépendants sont en mode offensif !

Il y a 10 ans, l’UPFI annonçait au MIDEM le basculement vers un modèle « multi revenus » pour les producteurs de musique enregistrée. Aujourd’hui, l’industrie musicale est en pleine mutation. La progression du stream par voie d’abonnement et l’arrivée prochaine de nouveaux services opérés au plan mondial constituent un signal encourageant pour la filière musicale : c’est la preuve qu’il existe un avenir pour la musique enregistrée et que des investissements considérables sont effectués pour construire le marché de demain !

Les producteurs indépendants ont accompli une révolution économique sans précédent :
- En élargissant leurs activités à de nouveaux métiers : édition musicale, spectacle vivant, développement d’un écosystème économique autour des artistes, etc. ;
- En développant de plus en plus la musique en « images », en profitant du boom des réseaux sociaux ;
- En mettant de plus en plus le cap vers l’international, en signant des artistes et des projets ayant un potentiel à l’export. Avec le numérique, la mondialisation du marché de la musique n’est pas une contrainte mais offre au contraire un monde d’opportunités pour les labels indépendants ;
- En offrant ainsi des « solutions » complètes à leurs artistes.

Pour leur permettre de projeter leurs investissements sur le moyen-long terme, dans un contexte qui reste encore difficile avec le déclin des ventes physiques, les producteurs indépendants ont besoin d’un accompagnement fort de la part des pouvoirs publics :

- En matière de financement de la production musicale ;
- En matière d’export. La production musicale française participe largement du rayonnement de nos industries culturelles à l’international. Il est temps que les pouvoirs publics en tirent les conséquences en augmentant de façon significative leurs engagements financiers en faveur de l’export de la musique.
- En bénéficiant d’une meilleure exposition dans les médias traditionnels qui continuent de jouer un rôle important dans l’exposition des nouveaux talents et des nouvelles productions.

L’UPFI présentera d’ici l’été un plan de soutien global à la transition numérique en faveur plus particulièrement des PME – TPE qui jouent un rôle central dans la production musicale en France avec 80% des albums de création publiés chaque année.

Ce MIDEM 2015 sera l’occasion pour les indépendants du monde entier d’échanger et de partager leurs expériences au travers des organisations qu’ils ont mis en place : IMPALA, MERLIN et WIN.

L’UPFI souhaite un grand succès pour les labels indépendants français présents au MIDEM avec plus de 200 représentants de labels indépendants présents sur le Pavillon France.

Jérôme ROGER, Directeur Général de l’UPFI : « la convergence des contenus et des réseaux numériques est en train de devenir une réalité tangible dans la musique. Les producteurs indépendants font face à cette mutation économique en élargissant leurs activités à tous les métiers de la musique. Les nombreuses initiatives récentes (levée de fonds, rachat de catalogues, etc.) sont la preuve qu’ils croient en l’avenir de la musique enregistrée et de la musique tout court. »



Nous suivre /asso.irma /IrmACTU