Merlin, une structure dédiée à la gestion des droits digitaux pour les indépendants dans le monde

Publié le vendredi 7 septembre 2007

Musique en ligne

Annoncée au Midem, la création de Merlin, qui regroupe plusieurs labels indépendants ambitionnant de constituer une 5eme major, a pris forme avec la nomination d’un conseil d’administration composé de représentants du monde entier.

Des maisons de disques indépendantes du monde entier avaient annoncé au Midem qu’elles allaient se regrouper au sein d’une nouvelle organisation baptisée Merlin, dont la mission est de signer des accords avec les grands acteurs du net comme YouTube ou MySpace. Selon ses fondateurs répartis dans les quatre coins du globe, Merlin doit apparaître comme "la cinquième major" et ainsi ne plus faire des indépendants le parent pauvre oublié des plate-formes émergentes.

Pour cela, elle s’est dotée d’un conseil d’administration dont voici les membres :
Pour l’Amérique du Nord :
- Kevin Arnold (Ioda, USA)
- Susan Ferris (Long Live Crime Records, USA)
- Bob Franck (Koch Records, USA)
- Tom Silverman ( Tommy Boy Records, USA)
- un représentant canadien reste à nommé
Pour l’Europe :
- Stéphan Bourdoiseau (Wagram Music, France)
- Michel Lambot (Pias Group, Belgique)
- Martin Mills (Beggars Group, Royaume-Uni)
- Hein Van der Ree (Epitaph Europe, Pays-Bas)
- Horst Weidenmà¼ller (!K7, Allemagne)
Pour le reste du monde :
- Mark Kneebone (Tardus Music, Nouvelle Zélande)
- Clive Hardwick (Bula Music, Afrique du Sud)
- Takashi Kamide (MS Entertainement, Japon)
- Yongge Shen, Zu Shu Entertainement, Chine)
- Eduardo Muskat (MCD Entertainement, Brésil)


Nous suivre /asso.irma /IrmACTU