Marc Schwartz conduira la médiation sur l’exploitation numérique de la musique

Numérique

Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, confie une mission de médiation à Marc Schwartz, sur l’exploitation numérique de la musique. il mènera la négociation entre les plateformes, les artistes et les ayants-droit. Une nouvelle accueillie favorablement par les acteurs de l’écosystème musical.

Pour tenter de régler la question du partage de la valeur, la rue de Valois a donc choisi. Pour mener la négociation, qui s’annonce délicate, entre les plateformes, les artistes et les ayants-droit sur l’exploitation numérique de la musique, le ministère a choisi Marc Schwartz. Conseiller référendaire à la Cour des Comptes, et ancien responsable mondial du "Secteur Public" du cabinet Mazar, il a notamment mené la négociation entre la presse et Google, et avait établi un rapport sur France Télévisions sur lequel se sont basés tous les candidats de la dernière élection.

Dans un communiqué, le ministère de la Culture et de la Communication affirme "la nécessité d’assurer aux artistes une rémunération reflétant équitablement leur apport à la création de valeur, ainsi que de préserver la diversité de la création artistique et de sa diffusion". Cette mission de médiation conduite par Marc Schwartz doit donc permettre de "parvenir à un accord relatif à la définition de la structure de rémunération et de la répartition des revenus issus des exploitations numériques de la musique". Accord qui doit aboutir d’ici à fin septembre.

Dès l’annonce de cette nomination, l’Upfi (Union des producteurs phonographiques indépendants) a réagi en déclarant vouloir collaborer pleinement à cette nouvelle mission, avec pour objectif de parvenir à "surmonter les désaccords ou incompréhensions persistants". Pour le syndicat, il y a nécessité de "rééquilibrer, à terme, le partage des exploitations entre services en ligne et ayants-droit, les niveaux de prélèvement opérés par les plateformes n’étant plus justifiés lorsque le marché du streaming constituera un modèle dominant tant au niveau local que mondial" et de "garantir une véritable transparence dans les relations entre artistes et producteurs". Ama (Alliance des managers d’artistes), s’est également félicité de cette nomination et entend apporter à cette mission toute sa contribution. De son côté, l’Adami, qui salue le choix de Marc Schwartz, "personnalité reconnue et dont les talents de médiateur sont éprouvés", s’engagera pleinement dans cette médiation "à la condition qu’elle soit pleinement assumée comme étant une négociation, que celle-ci s’inscrive dans la lignée des rapports Lescure et Phéline, et d’un engagement ferme d’un recours à la loi en cas d’échec de cette négociation".


Nous suivre /asso.irma /IrmACTU