MaMA 2013 : un succès qui interroge l’avenir

Salon

L’édition 2013 du MaMA est un succès. Avant même d’avoir les chiffres officiels, toutes celles et ceux présents ont pu se rendre compte de l’affluence pendant les 3 jours. Au point de se sentir à l’étroit. Lors de la conférence de presse de clôture, Fernando Ladeiro Marques et Daniel Colling ont évoqué les pistes d’évolution pour la convention.

A peine le MaMA 2013 refermé, c’est déjà l’heure des premiers bilans, en attendant les chiffres officiels. Le large sourire arboré par le Président Daniel Colling, et le directeur, Fernando Ladeiro Marques, lors de la conférence de presse de clôture ne trompait pas : pour eux, cette édition est un succès. Avec 2 600 professionnels accrédités pour un public total de 3 800 personnes sur les conférences (hors public du festival), l’événement affiche une progression de 20%. Un petit exploit en des temps pas si propices.

Passée cette année sur 3 jours, avec un lieu de conférence supplémentaire, à savoir le cinéma le Louxor, la plupart des participants ont pu s’apercevoir de l’affluence grandissante de la convention. Et du transfert de fréquentation du Trianon vers le centre Barbara Fleury-Goutte d’or, où il fallait arriver en avance pour être sûr d’assister aux conférences. En clair, le MaMA semble atteindre une taille critique, et le succès interroge donc logiquement ses responsables. Les pistes d’évolution ont donc été abordées, et notamment la possibilité d’investir les nombreux autres lieux offerts par le quartier : Halle Saint-Pierre, Théâtre de 10 heures, Théâtre de l’atelier, l’Européen... En attendant la reconstruction de l’Elysée Montmartre ! Seule certitude, le MaMA n’ajoutera pas de jour supplémentaire.

Pour ce qui est du contenu, Daniel Colling a évoqué la possibilité d’associer des partenaires presse pour l’organisation de débats. MaMA étant aussi un festival conçu pour promouvoir des artistes français auprès de professionnels internationaux, et inversement, la programmation de certaines salles pourrait être laissée à des producteurs de spectacles pour qu’ils y présentent leurs artistes. Visiblement, certains se sont déjà montrés intéressés.

La montée en puissance du MaMA s’est aussi traduite en termes de budget, passé de 640 000 euros en 2012 à 830 000 euros. La structure de financement est la suivante : 75 000 euros pour la billetterie public (7%), 93 000 euros pour les accréditations (11%), 200 000 euros d’échanges presse, 130 000 euros pour les partenaires privés (16%), 315 000 euros pour les partenaires publics (Mairie de Paris, Région Ile-de-France et État, pour 38%). La part importante des financements publics est expliquée par la volonté affirmée par les organisateurs d’être un événement au service de l’intérêt général.

En 3 années, le MaMA, récompensé en 2012 par le prix du Best networking event, se positionne désormais comme un événement fédérateur de la filière musicale française, ouvert sur l’international et l’innovation. Nul doute que les pistes pour permettre de répondre aux questions nombreuses posées par le succès de cette édition 2013 seront étudiées pour l’année prochaine.


Conférence de presse de clôture du MaMA 2013 :


Pour revivre, en mots et en images, les trois journées de l’édition 2013 du MaMA :

- Inside MaMA 2013 - J1 : forte affluence à FGO

- Inside MaMA 2013 - J2 : on parle cash !

- Inside MaMA 2013 - J3 : mutation en cours


Nous suivre /asso.irma /IrmACTU