Les structures de diffusion du jazz en France

Économie - Business Jazz - Musiques improvisées Spectacle

Spectacle

Réunissant 70 membres (festivals, salles, clubs), le réseau AJC a questionné ses adhérents pour dresser un portrait des diffuseurs de jazz en France. L’étude porte sur le profil des structures, leurs activités, les budgets et l’emploi.

Cette enquête a été réalisée selon la méthode de l’observation participative et partagée, via un questionnaire portant sur les données 2016 et envoyé en juin 2017 aux 60 membres qui composaient le réseau à cette époque. 48 structures ont répondu, soit un taux de réponse de 80%.

Profil des membres d’AJC
  • 94% sont des associations loi 1901 (pour 76% dans le réseau Fédélima)
  • Les adhérents du réseau AJC sont présents sur quasiment tout l’ensemble du territoire français. Certaines disparités existent cependant, avec une plus faible représentation des adhérents sur les régions situées à l’ouest de la France métropolitaine.
  • Seulement 20% des adhérents disposent d’un label d’État puisque l’AJC (ex-Afijma) est constituée de près de 60% de festivals (qui n’ont pas accès une labellisation d’État).
  • 70% des membres d’AJC appartiennent à un réseau local ou régional et s’y impliquent régulièrement.

  • 65% des structures syndiquées appartiennent au SMA et 35% au Syndeac. 33,5% des adhérents appartiennent par ailleurs à un réseau ou à une organisation professionnelle nationale autre qu’AJC.

Activités des membres d’AJC
  • La programmation et l’organisation de concerts demeurent le cœur de métier des adhérents d’AJC, mais la pluriactivité est de mise pour les lieux, qui proposent en moyenne 7 activités, et pour les festivals qui en proposent en moyenne 4,5.

  • 46% des lieux programment et organisent des « festivals » tandis que près de la moitié des festivals du réseau se « saisonnalise » et programme hors du temps festivalier.
  • Il existe une forte implication des lieux autour des créations/résidences d’artistes et de l’accompagnement d’artistes. Ils sont ainsi plus de 69% à pratiquer ces activités.
  • Si 100% des structures programment du jazz, l’étude constate une large ouverture à d’autres esthétiques musicales, notamment les musiques du monde, le blues ou encore la musique contemporaine.

  • 7757 musicien·ne·s de jazz se sont produits en 2016 sur les scènes des 48 adhérents/répondants, soit une moyenne de 165 artistes et une médiane à 119 artistes par adhérent.
  • Les données de fréquentation souligne l’importance des festivals dans l’accueil du public puisqu’ils concentrent 548 575 entrées, là où les lieux représentent 45 330 entrées.
  • Plus de 63% des engagements (création/coproduction) sont des apports en numéraire. Si les festivals apportent 62% de ces parts de coproduction, il importe de noter que les lieux apportent en moyenne 5,7 parts de coproduction quand les festivals n’en apportent que 3.
  • 84% des structures se trouvent impliquées dans la mise en place d’actions culturelles, pour un total de 339 actions menées en 2016, soit une moyenne de 7 par structure.
Emploi et RH
  • Seulement 83,3% des répondants sont parvenus à créer de l’emploi permanent au sein de leur structure.
  • 181 salariés permanents (CDI et CDD de + de 6 mois) travaillaient en 2016 chez les membres AJC, soit 152 emplois permanents en équivalent temps plein. 35 emplois sont des emplois aidés.
  • 4401 CDDU ont été signés en 2016 par les membres d’AJC, dont 3455 avec des artistes et 946 avec des techniciens.
Budget
  • Le poids économique cumulé des membres d’AJC s’élève à plus de 25 M€.
  • Seulement 17% des adhérents disposent d’un budget de plus de 900 000 euros, et 15% disposent de moins de 100 000 euros.

  • Il existe une forte utilisation du contrat d’engagement (37% au total), notamment par les lieux (41% contre 35% pour les festivals).
  • Les financements de l’État s’élèvent, en cumulé, à environ 2,7 M€. Les financements des régions, villes, départements, regroupements communaux atteignent 12 M€.

  • Les recettes propres représentent plus de 6 M€.
  • Les aides des sociétés civiles / organismes professionnels équivalent à 7% du budget moyen des membres, avec une médiane à 31 000 euros et une moyenne à 38 000 euros.
  • La billetterie reste le plus important vecteur de revenus des adhérents (73% des ressources propres), loin devant le bar et les coréalisations/coproductions (respectivement entre 11% et 17%).

LIRE L’ÉTUDE


Musique et corona virus

Notre base d'infos ressources covid et musique

à la une

Y’a pas de quoi, c’était l’IRMA

Y’a pas de quoi, c’était l’IRMA - asso musique actuelle

À la fin du mois, l’IRMA va se dissoudre [1] pour se fondre dans le CNM, l’établissement public de filière qui va reprendre ses missions, activités et personnels. L’association, créée en 1986, va donc disparaître après plus de trente années au service de l’écosystème musical.
L’occasion d’un rapide retour sur cette longue aventure para-institutionnelle, ses inventions et les principes qui ont porté cette entité sans équivalent dans le monde.

Voir aussi


Nous suivre /asso.irma /IrmACTU