Les risques auditifs liés à l’écoute des musiques amplifiées : une responsabilité accrue des professionnels

Publié le jeudi 3 février 2005

Le 20 janvier 2005 l’AFP diffuse une dépêche intitulée "Audition : la musique amplifiée fait des ravages chez les jeunes". Par un communiqué du 2 février, l’association agi-son réagit à ce qu’elle considère comme un "procès d’intention portant sur la nature même des musiques amplifiées et les comportements culturels qu’elles induisent".

La dépêche fait suite aux 4èmes Assises nationales de la qualité de l’environnement sonore qui se sont tenues du 18 au 20 janvier à Avignon. Elle pointe du doigt les concerts de musiques amplifiées comme étant l’une des sources principales de perte de sensibilité auditive chez les jeunes en France.

Agi-son, association regroupant des organisations professionnelles du spectacle vivant musical (Fédurok, Prodiss, Synapss, Synptac, Synpase, SFA, SNAM, Fédération des syndicats CGT du spectacle) existe depuis septembre 2000. Elle a pour objet "d’assurer une action de prévention, d’information et de formation en matière de gestion sonore tant au niveau national qu’au niveau local. Cette action s’inscrit notamment dans le cadre de l’application du décret du 15 décembre 1998 réglementant, entre autre, le volume sonore dans les lieux diffusant de la musique amplifiée."

En réponse à la dépêche l’association souligne que "le secteur du spectacle vivant musical a décidé de s’organiser de façon responsable et préférerait être associé pleinement, sans à priori négatif, au lieu d’être stigmatisé lors de colloques ou réunions sur le bruit".
Le communiqué continue en rappelant les actions menées par l’association à ce jour :
- "Des actions à destination des publics notamment à travers l’organisation de campagnes de sensibilisation. Des outils de prévention sont diffusés dans des lieux de concerts : ils insistent sur les risques existants et les bons réflexes à adopter tout en prenant pleinement en compte le plaisir associé à l’écoute de la musique.
- Des actions à destination des professionnels incluant la mise en place de modules de formation devant toucher en premier lieu les ingénieurs du son.
- Des actions d’éducation au sonore à destination d’un public scolaire
"

Pour davantage d’informations sur les problématiques de formations liées à la gestion sonore, voir le compte rendu des discussions issues de la table ronde sur ce sujet lors des 10 ans de l’irma


Contact : Sophie Le Canu
coordination@agi-son.org
Tel : 01 42 65 73 21


Nous suivre /asso.irma /IrmACTU