Les nominations de musiciens "non-savants" à la Villa Médicis suscitent la polémique

Publié le vendredi 25 juin 2010

Politique culturelle

Deux artistes de musiques actuelles - Claire Diterzi et Magic Malik - ont été nommés futurs pensionnaires de la Villa Médicis pour la prochaine saison. Les réactions, d’abord venues du milieu de la musique contemporaine, s’étendent peu à peu au secteur dans son ensemble.

Le 3 juin dernier, le ministère de la Culture a désigné la chanteuse pop Claire Diterzi et le flûtiste et jazzman Malik Mezzadri (plus connu sous le nom de Magic Malik) parmi les prochains pensionnaires de l’Académie de France à Rome, la prestigieuse Villa Médicis. Pour la première fois depuis la création de l’institution en 1666, ces musiciens ne font pas partie de la musique "savante" ou contemporaine, d’où les vives réactions de certains compositeurs, qui y voient un nouvel exemple de la raréfaction des soutiens à la musique contemporaine.

Dès le lendemain, certains d’entre eux ont lancé une pétition sur Internet (qui a réuni près de 850 signatures depuis) et ont adressé une lettre ouverte au ministre de la culture Frédéric Mitterrand, et au directeur de la Villa Médicis Eric de Chassey. Ils s’élèvent contre la• promotion d’artistes qui ont• "déjà un pied dans l’industrie musicale".

A noter cependant que deux compositeurs de musique contemporaine savante, Geoffray Drouin et Gilbert Nouno, ont également été invités à la Villa Médicis pour l’année prochaine.

Cette pétition et lettre ouverte suscitent à leur tour plusieurs réactions :

- Le collectif Futurs composés, réseau national pour la création musicale, prend ses distances avec cette initiative : "jamais nous n’opposerons les musiques savantes aux musiques populaires, les musiques de l’écriture à celles de
l’improvisation ou de l’oralité
" et souligne que le problème est plus large : "au-delà de la question de la villa Médicis, il existe une grande pénurie des lieux de résidences et d’élaboration artistique, l’Etat manque de projet clair dans notre secteur d’activités ".

-  Pierre Sauvageot, compositeur et directeur de Lieux publics, centre national de création basé à Marseille, voit également dans cette polémique une conséquence plus large des financements culturels en crise. Ilinvite tous les créateurs à inventer, "construire, chacun et ensemble", notamment en croisant les disciplines.

- D’autres acteurs du monde musical, artistes, écrivains et amateurs d’art de différentes disciplines ont répondu à la pétition initiale pour une tribune intitulée "Soutien à la création musicale : oui ! et sous toutes ses formes..." Ils refusent notamment de voir assimiler toute musique dite « actuelle » à de la musique commerciale, et plus généralement, les attaques d’un style de musique contre un autre. Ils soulignent que "la précarité se répand malheureusement sans exclusive de genres, chez tous les artistes en recherche" et exigent "le maintien et le renforcement du soutien public à la création musicale (et, plus largement, artistique et littéraire) sous toutes ses formes…"


Nous suivre /asso.irma /IrmACTU