Les leçons du Collège de France sur la musique en vidéo

Rencontre

Les séminaires de la chaire de Création artistique du Collège de France, occupée par Karol Beffa, sont disponibles en vidéo. La thématique : Musique, art, technique, savoir.

Qu’est-ce que l’improvisation ? Musique et imposture, bruit et musique, comment accompagner un film muet...Voici quelques unes des thématiques traitées depuis octobre 2012 par la chaire de Création artistique du Collège de France, occupée par le compositeur et pianiste multicartes Karol Beffa. Sa leçon inaugurale, prononcée le 25 octobre, était intitulée "Comment parler de musique ?"

Comme toujours au Collège de France, les cours, assurés en partie par des intervenants extérieurs, mélangent les disciplines, croisent les points de vue et les approches. Philosophes, mathématiciens, musicologue se sont relayés jusqu’au 17 janvier pour évoquer ces sujets. Les vidéos sont désormais disponibles sur le site du Collège de France.

Pianiste et compositeur, Karol Beffa, nommé cette année à la chaire de Création artistique, est normalien, docteur en musicologie et diplômé de l’École Nationale de la Statistique et de l’Administration Économique (ENSAE). Entré au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris en 1988, il y obtient huit premiers Prix (harmonie, contrepoint, fugue, musique du XXe siècle, orchestration, analyse, accompagnement vocal, improvisation au piano). Reçu premier à l’Agrégation d’éducation musicale, il enseigne à l’Université Paris IV-Sorbonne (1998-2003) puis à l’École Polytechnique (2003-2008). Il a obtenu en 2003 le titre de docteur en musicologie en soutenant une thèse de doctorat portant sur les Études pour piano de György Ligeti. Depuis 2004, il est Maître de conférence à l’École Normale Supérieure (Ulm).

Regarder

les vidéos des cours du séminaire Musique, art technique, savoir

Musique et corona virus

Notre base d'infos ressources covid et musique

à la une

Y’a pas de quoi, c’était l’IRMA

Y’a pas de quoi, c’était l’IRMA - asso musique actuelle

À la fin du mois, l’IRMA va se dissoudre [1] pour se fondre dans le CNM, l’établissement public de filière qui va reprendre ses missions, activités et personnels. L’association, créée en 1986, va donc disparaître après plus de trente années au service de l’écosystème musical.
L’occasion d’un rapide retour sur cette longue aventure para-institutionnelle, ses inventions et les principes qui ont porté cette entité sans équivalent dans le monde.

Voir aussi


Nous suivre /asso.irma /IrmACTU