Les états généraux de la musique

France-Inter et Le Nouvel Observateur ont pris l’initiative de lancer les Etats Généraux de la musique, jeudi 16 juin de 19h à 22h à la Maison de Radio France, Studio 104.

" La musique entre dans une ère nouvelle : le développement des échanges sur Internet, et notamment l’apparition des logiciels peer-to-peer et du piratage planétaire, lancent un défi culturel majeur. Sur fond de crise des ventes de CD, le peer-to-peer s’est considérablement développé, prouvant ainsi l’intérêt du public pour la musique mais menaçant aussi tout un système. Pour certains acteurs, il met tout bonnement en péril la production musicale. Pour d’autres, il est une chance ou un moindre mal, qui oblige le secteur à se réformer.

Comment maintenir et enrichir une production française large et variée ? Comment rémunérer les auteurs sans freiner l’innovation ? Quels sont les effets de la révolution technologique sur la musique et plus largement sur la création et la diffusion de la culture ?

C’est pour répondre à toutes ces questions que France-Inter et Le Nouvel Observateur ont pris l’initiative de lancer les Etats Généraux de la musique, jeudi 16 juin. Cette soirée de débats s’ouvrira sur le " Téléphone Sonne " (en direct sur France Inter) et sera suivie de deux tables rondes. Nous en donnerons un large compte-rendu dans le Nouvel Observateur et sur France Inter."

Programme de la soirée :

19h20 - 20h : Téléphone Sonne animé par Alain Bedouet.

La musique et la révolution internet

20h - 21h : Table ronde animée par Pierre Weill.

POURQUOI LA CRISE ?
L’industrie du disque traverse une crise grave. Les ventes de CD ont chuté gravement. Les maisons disques fusionnent, licencient et se restructurent. Quelle est l’ampleur de la crise ? Quelles en sont les causes ?

21h - 22h : Table ronde animée par Laurent Joffrin.

QUELLE MUSIQUE POUR DEMAIN ?
Faut-il interdire le P2P ? Le cryptage est-il une solution ? Doit-on imaginer de combiner des redevances et des taxes sur le matériel et les abonnements pour financer les oeuvres ? En bref, quel nouveau modèle économique et juridique pour la musique ?

Pour s’inscrire


Nous suivre /asso.irma /IrmACTU