Les Français et la musique font bon ménage

Publié le mardi 28 juin 2005

Etude

Après l’Adami qui a commandé une étude à Ipsos sur les internautes et le téléchargement, la Sacem à chargé TNS Sofrès de réaliser une étude sur le rapport entre les français et la musique. Histoire de "nourrir une réflexion sur l’importance et le rôle de la musique dans la société française"... et de rappeler, sans le dire, que l’attachement à la création musicale à un prix.

Synthèse de l’étude

Cette étude a été réalisée par Tns-Sofres pour la Sacem en mai 2005. Les interviews ont été menées en face-à -face, à domicile, auprès de 2 110 Français, âgés de 15 ans et plus, représentatifs de la population.

La musique : l’Art populaire par excellence

Elle est en effet perçue comme indispensable par 74% des Français, ce qui en fait l’art dont ils pourraient le moins se passer, bien avant la littérature (56%) et le cinéma (48%).

Cette première place de la musique est vraie dans la quasi-totalité des catégories sociales et à tous les âges de la vie.

Par ailleurs, on constate que le niveau d’attachement à la musique varie peu selon les catégories sociales ou les niveaux de diplôme, alors que c’est le cas de la littérature, du cinéma et des autres arts testés.

Le rapport des Français à la musique : passion, plaisir et détente

La musique représente un élément très fort pour 25% des Français : 16% déclarent que « c’est vital pour eux » et 9% que « c’est une véritable passion ». Pour 40%, la musique est « un plaisir parmi d’autres ». Pour un autre quart, c’est « une façon de se détendre ».

L’attachement à la musique est particulièrement fort chez les jeunes : 30% des plus jeunes (34% des filles et 25% des garçons) déclarent que c’est vital pour eux, alors que ce n’est le cas que de 7% des plus âgés.

La musique : bande originale de la vie

La pratique de la musique est fréquente dans la vie quotidienne, souvent sous des formes simples et accessibles.

Ainsi, 83 % déclarent chanter fréquemment ou occasionnellement et cette pratique s’inscrit dans tous les moments de la vie quotidienne : 19% des « chanteurs » le font dans leur voiture, 13% dans leur salle de bain, 10% chantent quand ils sont de bonne humeur, 9% aux réunions de famille et 6% avec des amis lors de fêtes. Le chant est aussi l’activité idéale pour accompagner un travail manuel : 15% des femmes fredonnent en faisant le ménage, 28% des agriculteurs et 16% des ouvriers le font, eux, en travaillant.

La musique est tellement présente dans la vie des Français que 55% d’entre eux déclarent avoir un souvenir lié à la musique, et la plupart de ces souvenirs sont rattachés à la vie personnelle, voire sentimentale : une rencontre amoureuse, un mariage, une histoire d’amour... La musique est le plus fréquemment associée à des souvenirs heureux, ou à des moments initiatiques (les « premières fois »).

Les Français déclarent écouter, en moyenne, 2 heures de musique par jour. Cette moyenne recouvre de vraies différences : 67% écoutent de la musique pendant une durée inférieure à 2 heures, et 28% pendant plus de deux heures. La durée moyenne est de deux heures et demie chez les plus jeunes, ceux qui jouent d’un instrument, ceux pour qui la musique est vitale ou une passion...

Le style préféré des Français est incontestablement la chanson française (66% de citations), devant la pop et le rock (29%), la musique classique (22%) et la variété étrangère (22%). Néanmoins, cette préférence massive pour la chanson française ne doit pas conduire à ignorer des sensibilités qui peuvent être très nuancées selon les groupes sociaux.

Ainsi :

Les jeunes hommes apprécient surtout la pop, le rock et le rap (43% des garçons de 15 à 24 ans pour ces styles) ainsi que le reggae (pour 38% d’entre eux). Les filles du même âge préfèrent, elles, la chanson française (pour 57% d’entres elles), le rock et la pop (39%) ainsi que la variété étrangère (28%).
La musique classique reste une musique appréciée par les plus de 50 ans (32% des 50-64 ans et 36% des 65 ans et plus), les plus instruits (29% des cadres, 31% des plus diplômés) ainsi que les plus aisés (36%).

Le jazz, selon la même logique, atteint ses plus hauts scores dans les foyers aisés (29%), diplômés (23%), ainsi que chez les 50-64 ans (21%).

NDLR : Pour compléter ces chiffres, voir l’article du 28 juin 2005

Dans l’appréciation de la qualité d’une chanson, les Français ont exprimé leur préférence pour les aspects liés à la création. Aujourd’hui, le critère « mélodie et composition » semble le plus important pour 47% d’entre eux, « les paroles » arrivant en second (34%) ; l’interprète et les instruments sont très loin derrière, avec 11% et 6% des réponses.

Les pratiques d’écoute

Les personnes qui écoutent sur une chaîne hi-fi (66%), en concert (28%), sur des supports nomades (8%) ont globalement un rapport à la musique beaucoup plus investi que les autres. Leur approche est sélective, ils choisissent la musique qu’ils écoutent. A l’inverse, ceux qui écoutent la musique à la radio (61%) ou à la télévision (27%) ont un rapport plus distancié à la musique. Leur approche est plus réceptive que sélective.
Au total, 33% des personnes interrogées déclarent être allées à au moins un concert au cours des 12 derniers mois.

Un peu moins d’un Français sur deux (48%) ayant assisté à un concert dans l’année est allé écouter un concert de chanson française, 27% d’entre eux un concert de rock ou de pop et 20% d’entre eux un concert de musique classique. Le jazz a attiré 11% de ce même ensemble.

Les nouvelles technologies : une nouvelle approche de la musique

L’utilisation des supports nomades (baladeurs, lecteurs Mp3, I-pod...) est très élevée chez les jeunes (28% chez les 15-24 ans). Elle l’est également plus qu’en moyenne dans les classes d’âge qui ont grandi avec l’arrivée du baladeur : 12% des hommes de 25-34 ans aiment ainsi les utiliser.

16% des Français déclarent avoir déjà téléchargé de la musique sur Internet, notamment les jeunes (39% des 15-24 ans). Les téléchargeurs sont plutôt des passionnés, des musiciens, des jeunes ayant un rapport fort à la musique.
Si 14% des Français déclarent avoir déjà téléchargé des sonneries musicales, cette pratique est surtout celle d’une population précise : les jeunes qui, pour 42% d’entre eux, en sont de gros consommateurs.

Pour plus de renseignement.


Nous suivre /asso.irma /IrmACTU