Le marché musical du streaming vidéo en France

Publié le mercredi 18 septembre 2019

Musique enregistrée

Comme à l’échelle mondiale, YouTube est de très loin l’acteur dominant du streaming vidéo musical en France, et cette pratique semble d’abord plébiscitée pour son accès gratuit à un large catalogue que par l’apport des images.

Parmi l’ensemble des données récapitulées dans l’édition 2019 de L’Économie de la production musicale publiée par le Syndicat national des éditeurs phonographiques (SNEP), plusieurs éléments viennent nourrir la connaissance des usages musicaux sur les plateformes de streaming vidéo en France.

Si Youtube ne représente que 8,8% des parts de marché du streaming (audio + vidéo) pour les revenus des 3 majors en France (lire Streaming : les parts de marché par plateforme en France), la plateforme de vidéos domine largement les autres services en matière de fréquentation.

Dans le top français des usages par service, Youtube arrive en tête avec 98% des personnes interrogées qui l’utilisent, loin devant Deezer (42,4%) et Spotify (35,8%), et très loin devant les autres plateformes de vidéos à la demande que sont Dailymotion (10%) et Vevo (5%).

Le décalage entre parts de marché et fréquentation est source de conflits depuis plusieurs années entre ayants droit musicaux et Google, propriétaire du service, les premiers dénonçant un écart de valeur (value gap) et les faibles rémunérations issues de la plateforme.
Dans ce contexte, il apparaît justement que l’accès gratuit à un catalogue varié soit la première source de plebiscite des services vidéos, et non la présence d’images et de vidéos associées à la musique.

Autre donnée qui confirme cette tendance, moins de 30% des streamers vidéo regardent systématiquement les vidéos, et ils sont encore moins nombreux chez les 16 - 24 ans (22%).


Nous suivre /asso.irma /IrmACTU