Le Syndeac et le Cipac appellent à la défense de la création

Publié le vendredi 10 février 2012

Social

Dans un communiqué publié ce jour, le Syndeac (Syndicat national des entreprises artistiques et culturelles) et le Cipac (Fédération des professionnels de l’art contemporain) appellent à la défense de la création. Critiquant l’action du gouvernement, ils appellent à manifester le 24 février devant les Drac.


Communiqué :

APPEL A LA DÉFENSE DE LA CRÉATION

"Le gouvernement attaque les budgets culturels, principalement ceux du spectacle vivant et des arts plastiques suivant quatre axes :

◗ refus, contrairement à la promesse publique de Nicolas Sarkozy, du dégel des crédits 2012 : -6 %, à savoir -47 millions d’euros consacrés à
la création, et -20 millions sur la transmission
des savoirs et la démocratisation,

◗ proposition soumise au Parlement d’un collectif
budgétaire qui prévoit des annulations de crédits
pour la création, la transmission des savoirs,
l’action culturelle internationale,

◗ création d’un Centre National de la Musique, agence destinée, à terme, à « siphonner les missions et les financements du ministère de la
Culture » contraint depuis 2002 à la résignation. Ce nouveau centre ponctionnera, contrairement à ce qui avait été promis, 15 millions d’euros au minimum sur le budget dès 2012,

◗ augmentation des taux de TVA. Ces baisses de financement, en cours d’année,
sur un secteur déjà « lourdement taxé », vont priver les artistes, les équipes artistiques, les lieux de spectacles vivants et d’arts visuels de moyens essentiels, avec des conséquences graves :

◗ plus d’un millier d’emplois permanents seront détruits dans les théâtres, festivals, compagnies, centres d’art, lieux d’expositions, orchestres ou opéras,

◗ des comédiens, musiciens, chanteurs, danseurs, circassiens, techniciens, plasticiens seront encore plus nombreux touchés par la précarité et le chômage,

◗ le saccage des programmations des saisonsou des festivals débutera dès l’été 2012. Le Syndicat national des entreprises artistiques et culturelles et la Fédération des professionnels de l’art contemporain refusent de voir dévastés les secteurs publics, dont celui de l’art et de la création. Au même titre que l’éducation, la recherche et la santé, la culture est un bien commun qui doit être au coeur des projets de société des partis de progrès.

Nous demandons aux organisations professionnelles du secteur, au nom de la défense du service public de la culture, de nous rejoindre pour exiger de toute urgence :

• la levée du gel de 6 % sur tous les crédits du
ministère de la Culture,

• la préservation des crédits de ce ministère d’un
collectif budgétaire,

• le refus du financement par l’État de toute
agence d’inspiration libérale.

Nous appelons les artistes, les responsables culturels, les personnels administratifs et techniques, les parlementaires, les élus et les citoyens à manifester dans toutes les régions le 24 février 2012, devant les DRAC (Directions régionales des affaires culturelles). Nous préparons un grand rassemblement à Paris le 19 mars pour interpeller les candidats à l’élection présidentielle.

À SUIVRE…

LE SYNDEAC (Syndicat national des entreprises artistiques et culturelles)
LE CIPAC (Fédération des professionnels de l’art contemporain)"



Nous suivre /asso.irma /IrmACTU