Le SMA embrasse la filière

Syndical

Réuni en congrès national à Lyon, le Syndicat national des petites et moyennes structures non-lucratives des Musiques Actuelles (SMA) a modifié ses statuts pour marquer son ouverture à l’ensemble de la filière, comme la production phonographique et les médias.

P. Berthelot et M. Audureau

Plus d’une centaine de personnes ont participé, les 7 et 8 avril au Ninkasi, à ce congrès national « dense et ardu », selon les mots de son secrétaire national, Michel Audureau. Ouvrant la perspective de création, rapide et prochaine, de syndicats régionaux, le SMA s’est ainsi placé comme un élément de structuration revendiquant son originalité « pour la survie du secteur ».

Créé en avril 2005 à l’initiative des deux fédérations de lieux, la Fédurok et la FSJ, le SMA est un syndicat d’employeurs initialement positionné sur le spectacle vivant. En supprimant cette référence exclusive, il vient de « franchir une étape » que confirme son installation dans des nouveaux locaux parisiens ( [1]) et l’embauche d’un permanent, Olivier Galan (File 7).

« Nous devons maintenant prendre du temps de travail avec les nouveaux entrants » a notamment précisé son secrétaire national adjoint, Philippe Berthelot, qui ajoutait « il est important d’être présents dans les instances, mais aussi sur le terrain, et que les adhérents se servent de l’outil ». Rappelant les nombreux chantiers engagés et largement exposés durant ces deux journées (de la formation professionnelle au CNV en passant par les conventions collectives « voir programme), il précisait « nous avons maintenant besoin d’avancer sur un discours spécifique, mais intelligible » en évoquant notamment des valeurs, des modes d’organisation et un « besoin d’innover pour adapter la norme « classique »  » aux réalités des musiques actuelles dans la diversité de ses entreprises.

Programme
Extrait exposé Gérà´me Guibert

Le site du SMA


Le communiqué de presse de compte-rendu

[1Nouveaux bureaux au 221 rue de Belleville (Paris 19e), opérationnels en mai


Nous suivre /asso.irma /IrmACTU