Le CMTRA en danger

Communiqué extrait du trimestriel du CMTRA n° 56 - janvier 2005

L’intégralité de l’article sur le site du CMTRA

Quel avenir pour le centre des musiques traditionnelles Rhône-Alpes ?

"Le Centre des Musiques Traditionnelles Rhône-Alpes est confronté à une injonction unilatérale et non concertée de la part de la municipalité de Saint-Fons, de quitter au 1er mars 2005 les locaux qu’il occupe depuis 1990.

Au-delà de l’urgence totale que représente la nécessité de trouver de nouveaux locaux dans un délai aussi court cette situation nous renvoie de manière plus large à l’existence même de cet organisme, dans ses missions et ses fonctions.
En quatorze années d’exercice, le CMTRA, structure pourtant légère, n’a pas obtenu la garantie des financements nécessaires à sa pérennité. Les statuts des personnels sont précaires, et les incertitudes permanentes. Les collectivités qui soutiennent financièrement l’organisme sont à ce jour, par ordre décroissant d’engagement, le Ministère de la Culture (initiateur historique du réseau national des CMT), Saint-Fons (la Ville d’accueil) et le Conseil régional Rhône-Alpes.

Une diminution de plus de 50% de la subvention de fonctionnement accordée par la Ville de Saint-Fons, étalée sur 2003-2004 a contribué à l’impossibilité de consolider les emplois aidés du CMTRA qui arrivent à échéance. À l’image de bien des structures dépendantes de l’argent public, l’avenir du CMTRA se joue sur la décision des élus, à partir de leur appréciation de l’utilité des missions et actions de notre organisme.

(...)

Quel avenir ?

La somme des savoir-faire, de l’expérience acquise, des outils mis en place, des productions sonores du CMTRA, est considérable. Le travail accompli par une équipe réduite de six à cinq salariés est la preuve qu’on peut réaliser beaucoup de choses avec des moyens modestes. Encore faut-il que l’outil de travail soit consolidé, ne serait-ce que pour permettre l’aboutissement de projets à long terme.

C’est ce qui est en jeu dans l’immédiat et pour les années à venir.
Il appartient aux élus des collectivités d’apporter un soutien fort aux actions et aux missions de la structure régionale qu’est le CMTRA, pour en garantir la pérennité.
"


Christian Massault, Président du CMTRA


Nous suivre /asso.irma /IrmACTU