Le CIM, école de jazz "historique" en danger (MàJ)

Publié le

Jazz

Le CIM, l’école de jazz de la rue Doudeauville à Paris créée en 1976 par Alain Guerrini et aujourd’hui dirigée par Michel Valera est gravement menacée de disparition suite à une opération immobilière. Une pétition de soutien pour sa survie vient d’être mise en ligne.

Le CIM, école de jazz "historique" en danger (MàJ)1976. Une annonce passée dans Libération rassemble cinq cents personnes au Centre Américain sur un projet d’école de jazz. Son auteur, Alain Guerrini, en est le premier surpris. Le CIM est né, premier avatar d’une aventure pédagogique qui allait prendre des dimensions insoupçonnables. Grâce au CIM, l’enseignement du jazz, bricolé au départ avec passion par quelques musiciens pionniers, allait très vite faire tâche d’huile sur tout le territoire. On connaît aujourd’hui sa postérité.

Depuis le disparition d’Alain Guerrini (dont on ne dira jamais assez l’importance décisive en faveur du jazz en France dans les années 1980), le CIM a été repris par Michel Valera pour poursuivre l’aventure de l’école "historique" de la rue Doudeauville.

Aujourd’hui le CIM doit faire face à de très gros problèmes de locaux. Conséquence : cette structure est gravement menacée ! Michel Valera a publié un communiqué invitant à signer une pétition pour pour que le CIM ne soit pas rayé de la carte parisienne.

À l’initiative de la Fneij-MA, une conférence de presse des directeurs d’écoles de musiques actuelles se tiendra le 4 octobre 2011 à 16 h au CIM - 83 bis, rue Doudeauville 18ème (métro Château Rouge).

Signer la pétition de soutien au CIM


Communiqué

« Le CIM première école de Jazz et Musiques Actuelles de France est menacé !
Pourtant le CIM créé en 1976 est un succès ! Il est installé rue Doudeauville depuis 1978.

M (Matthieu CHEDID), Youn Sun NAH, MAGIC MALIK, Miss DOMINIQUE, Muriel LAPORTE (NIAGARA), SIXUN, Angélique KIDJO, BLUES TROTTOIR, Meddy GERVILLE, Olivier KER OURIO, et beaucoup d’autres élèves sont devenus des professionnels des métiers du spectacle : musiciens, professeurs, régisseurs, journalistes spécialisés, ingénieurs du son...

En 2003, un promoteur privé « Transimmeuble » se porte acquéreur de tout l’Ilôt et décide de le vider de tous ses occupants. Devant cette menace, le CIM se tourne vers la Mairie de Paris pour obtenir une aide.

Monsieur Delanoë nous soutient ! La Mairie de Paris décide d’acquérir l’ensemble, via la RIVP (Régie Immobilière de la Ville de Paris) avec la contribution financière de la Caisse des Dépôts et Consignation (CDC).

Mais nous sommes brutalement avisés que la procédure d’éviction initialisée par le promoteur privé suit son cours.

Confiants malgré tout, nous élaborons un projet de réorganisation et de remise aux normes de nos locaux avec la RIVP et la SCI créée à cette occasion.

A ce jour nos projets n’obtiennent aucune réponse et nous apprenons même qu’ils ont été abandonnés !

Aujourd’hui les procédures d’éviction ont été menées à terme, nous devons rendre les clés début octobre. L’indemnité octroyée est tellement dérisoire, qu’elle ne nous permet même pas de déménager notre matériel.

C’est donc une véritable mise à mort programmée du CIM.

La rentrée est menacée ! 50 emplois vont disparaître !

La Mairie de Paris a-t-elle contrôlé les initiatives décentralisées de ses services qui ne semblent pas, à ce jour, respecter les engagements du Maire…

Nous souhaitons recueillir votre soutien pour sauver l’école ! »


titre documents joints


Nous suivre /asso.irma /IrmACTU