La région Île-de-France adopte son plan en faveur des musiques actuelles

Publié le

Financement

Suite à la concertation avec les acteurs franciliens des musiques actuelles et amplifiées, le Conseil régional d’Île-de-France vient d’adopter sa nouvelle politique pour le secteur. Cinq millions d’euros devraient ainsi être débloqués autour de plusieurs aides aux projets, aux festivals, aux résidences, pour les disquaires et pour l’action culturelle dans les lycées.

La région Île-de-France adopte son plan en faveur des musiques (...)

Le dispositif de soutien régional aux musiques actuelles et amplifiées ayant fait l’objet de concertations avec les acteurs du secteur fin 2010 a finalement été adopté lors de la séance du 8 avril 2011.
S’élevant à près de 5 millions d’euros, il se divise en cinq grandes actions orientées autour de plusieurs axes communs, parmi lesquels la région vise à :
- soutenir la diversité des musiques actuelles et œuvrer à l’élargissement de leur diffusion
- favoriser l’accessibilité des musiques actuelles à tous les publics franciliens, notamment les jeunes
- renforcer les logiques de partenariats
- soutenir la mobilité régionale des artistes franciliens et leur insertion professionnelle.

Sont éligibles à ces différentes aides les scènes généralistes, les lieux spécifiques musiques actuelles, ainsi que les structures organisatrices d’événements et les collectivités territoriales ; mettant en œuvre des actions en faveur des musique actuelles et amplifiées.

Aide aux festivals

Les festivals concernés doivent se dérouler en Île-de-France sous forme de plusieurs éditions (pas d’opérations ponctuelles), prendre en compte les problématiques d’aménagement du territoire, limiter leur empreinte écologique, et favoriser l’accès aux différents publics.
Le soutien régional est plafonné à 30 % maximum du coût du projet, dans un plafond de subvention fixé à 50 000 €.

Aide à projet "musiques actuelles et amplifiées"

Cette aide concerne les manifestations hors festivals se déroulant sur le territoire francilien, et donnera priorité aux territoires où les musiques actuelles sont moins présentes, et aux artistes signés par des labels indépendants, présentant au minimum 5 dates dans différentes communes et départements. Cette aide encourage aussi les projets qui permettent la circulation des artistes en Île-de-France et en dehors.
Le soutien régional est plafonné à 50 % maximum de la dépense subventionnable HT dans un plafond de subvention fixé à 40 000 €.

Aide à la résidence de musiques actuelles
et au développement d’artiste

Elle s’adresse aux projets développés autour d’une résidence d’artistes ou de groupes parvenus à un stade significatif de développement, faisant l’objet d’un accompagnement technique et administratif et d’une action envers les publics locaux. Les projets peuvent également comporter un volet d’aide à un projet professionnel de développement de carrière de l’artiste ou du groupe.
Le soutien régional est plafonné à 50 % maximum de la dépense subventionnable HT dans un plafond de subvention fixé à 20 000 €.

Dispositif d’action culturelle spécifique
"Musiques au lycée"

Ce dispositif ajoute l’encouragement des pratiques amateurs parmi ses objectifs. Il s’agit notamment de mettre en place un festival annuel autour des pratiques musicales au lycée en partenariat avec plusieurs lieux. Les structures demandant cette aide devront proposer un programme de diverses actions culturelles : ateliers de pratique, de sensibilisation, etc. menés sur une année scolaire.
Le soutien régional est plafonné à 70 % maximum de la dépense subventionnable HT dans la limite de 2 500 € maximum d’aide par projet.

Aide aux fonds pour les disquaires indépendants

Les bénéficiaires sont les disquaires indépendants franciliens dont 60% des références proposées à la vente proviennent des catalogues de labels indépendants (au moins 40, avec au minimum trois distributeurs indépendants). Cette aide comporte deux volets :
- Pour l’acquisition d’un fonds discographique général dans le cadre de la création de l’activité, le soutien régional est plafonné à 50 % maximum de la dépense subventionnable HT dans un plafond d’aide de 10 000 €.
- Pour la création d’un fonds discographique thématique, il est plafonné à 50 % maximum de la dépense subventionnable HT dans un plafond d’aide de 5 000 €.



Par ailleurs, le Conseil régional d’Île-de-France vise à "mobiliser davantage les outils existants", notamment l’aménagement de nouveaux lieux en grande couronne et le renfort du dispositif "Itinérances" du RIF et de l’opération "Plateaux Solidaires" avec Arcadi.

Enfin, la Région va poursuivre son aide aux 13 réseaux de musiques actuelles (595.000 € en 2010) et aider le nouveau réseau réunissant une centaine de labels indépendants franciliens qui a pour projet de créer une plateforme musicale en ligne.



Lire le dossier "musiques actuelles : la Région monte le volume" sur le site du Conseil Régional


Nous suivre /asso.irma /IrmACTU