La musique est-elle prête pour sa transition écologique ?

Publié le lundi 12 août 2019

Série d’été

Alors que des grands noms de la musique britannique lancent le mouvement Music Declares Emergency, un manifeste a été publié en France pour encourager la transition écologique du secteur. Pour comprendre les différents enjeux écologiques que cela recouvre (streaming, festival, instrument…), nous y avons ajouté des ressources complémentaires.

En Angleterre, les groupes Radiohead, Pretenders, le label Decca Records et des dizaines d’autres artistes et labels ont décidé de se mobiliser pour sensibiliser le public sur la question du réchauffement climatique. Ils ont ainsi lancé le mouvement Music Declares Emergency et déclaré "l’état d’urgence climatique".

En France, un mouvement prend forme autour d’un axe différent, non destiné au grand public mais aux acteurs de la musique eux-mêmes : que faisons-nous pour répondre à cette urgence ? et que pouvons-nous faire ?

Ce mouvement a pris corps à travers la publication d’un manifeste en juin dernier, signé par l’AMA (Alliance des managers d’artistes), Cap Digital (pôle européen de transition numérique et écologique) et l’IRMA (Centre d’information et de ressources pour les musiques actuelles). Les 3 partenaires ont de plus organisé un atelier le 17 juin dernier dans le cadre du OFF de Futur.e.s en partenariat avec Sacem Université.

La musique est-elle prête à faire sa révolution écologique ?
La musique participe de l’anthropocène et doit amplifier sa transition écologique.
Alors que nous avançons inexorablement vers l’épuisement des ressources de la planète et que les activités humaines transforment les équilibres de notre monde, interrogeons le monde de la musique, son écosystème, ses filières et ses usages en les replaçant dans leur environnement. Réfléchissons à des solutions, tentons de limiter la catastrophe et anticipons grâce aux alternatives.

Depuis plusieurs mois, la jeunesse européenne manifeste chaque vendredi pour son futur. Cette jeunesse, cœur de cible de l’industrie musicale, nous alerte quant aux enjeux climatiques et environnementaux et demande des actions concrètes.

Depuis les révolutions industrielles du XIXe siècle en effet, nous sommes entrés une nouvelle ère géologique, l’anthropocène, où les activités humaines sont devenues un facteur majeur de changements et de risques pour les équilibres des écosystèmes. La planète court des risques majeurs, les sociétés et la musique avec elle. Difficile de ne pas en avoir conscience, et pourtant, quelles véritables inflexions sont actuellement menées pour changer de trajectoire ?

La musique est-elle prête à faire sa révolution écologique ?
Le secteur de la musique participe de ces productions humaines et il produit ses propres effets négatifs. De la création, à la diffusion en spectacle, sur supports, en streaming en passant par la promotion, les pratiques n’incluent pas systématiquement une portée écologique.

Au fil de leurs publications, des études prennent la mesure des pollutions et des risques encourus, mais déjà les faits parlent d’eux-mêmes : des disques produits et vendus par millions qui échappent à toute filière de récupération, des espaces de stockage nécessaires toujours plus importants, les semi-remorques des tournées, les scénographies toujours plus gourmandes en énergie, les groupes électrogènes, les parkings bondés des festivals et des salles…. Ainsi, c’est l’ensemble des activités musicales qui mérite d’être repensé pour mieux s’accorder avec des capacités énergétiques disponibles et renouvelables. Nous devons passer de la gestion à l’action.

L’innovation peut-elle être durable dans la musique ?
En France, les startups ne sont qu’une poignée à se lancer pour « réinventer » le secteur de la musique vers cet objectif et ainsi limiter les effets causés par une activité humaine excessive. Entendue comme cycle perpétuel d’invention et de déploiement dans les systèmes productifs, l’innovation peut aussi être porteuse de risques. D’autant plus si elle reste uniquement centrée sur les usages.

Pour celles et ceux qui se mobilisent, un monde de la musique laissant les usages s’inventer dans des imaginaires infinis dans un monde de ressources finies est encore possible. Leurs pratiques, nous les connaissons sous le label de développement durable, de réemploi, de frugalité ou sobriété, de résilience ou même de low tech, de lutte contre l’obsolescence programmée, de circuits courts, d’économie sociale et solidaire, d’économie circulaire ou encore d’économie de la fonctionnalité et de la coopération.

Alors, mobilisons ces idées et adaptons la musique à l’anthropocène, vers un secteur de la musique plus solidaire et durable !

Signataires : AMA, Cap Digital, IRMA.


RESSOURCES


Pour appuyer ce manifeste et comprendre les différents enjeux écologiques posés par la musique, voici quelques études, articles ou guides récents qui permettent d’éclairer des problématiques connues… ou moins connues.

STREAMING

Le streaming de musique est dangereux pour l’environnement
23 mai 2019 • Rolling Stone • Accès libre (anglais)

Un chercheur sonne l’alarme : une nouvelle étude suggère que le streaming de musique entraîne au moins 200 à 350 millions de kilogrammes d’émissions de gaz à effet de serre.



SPECTACLE

L’écoresponsabilité, un enjeu pour les festivals de demain
11 novembre 2018 • Culture.gouv • Accès libre

Le 5 novembre dernier, la rencontre Culture et développement durable qui s’est tenue au Théâtre national de Chaillot a permis de faire le point sur ce dernier critère en dédiant une table ronde à la question des festivals durables. Le ministère de la Culture en publie un compte-rendu.


INSTRUMENT

Guide à l’usage des musiciens et ensembles musicaux voyageant avec des instruments contenant des espèces/essences protégées
5 février 2018 • CSFI • Accès libre

Si votre instrument contient des espèces ou essences protégées par la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES), vous devrez préparer minutieusement votre voyage. L’objectif de ce guide est de fournir des informations pratiques sur la réglementation en vigueur et l’obtention des certificats.


INSTITUTION

Le développement durable, nouveau critère d’attribution des aides du CNV
23 janvier 2019 • IRMA • Accès libre

Depuis le 1er janvier 2019, le CNV a mis en application le dernier volet de la réforme de ses dispositifs de soutien aux entrepreneurs de spectacles musicaux. Désormais, les commissions d’attribution seront vigilantes au respect des normes de développement durable des projets présentés.

SUR LES TERRITOIRES

LISTE DE RESSOURCES


Dans le cadre de la publication du Manifeste (citée plus haut), les signataires ont publié une liste de ressources sur la transition écologique de la musique (en bas d’article).

Cette première ébauche a vocation à être évolutive et enrichie. Envoyez vos contributions à innovation@irma.asso.fr pour soumettre des ressources partageables sur cette thématique.



Nous suivre /asso.irma /IrmACTU