La création du CNM adoptée au Sénat

CNM : Centre National de la Musique Politique publique

Politique

Mardi 9 juillet 2019, le Sénat a adopté avec modifications la proposition de loi relative à la mise en place du Centre national de la musique (CNM).

Après avoir été voté à l’Assemblée nationale le 6 mai, le projet de loi a été examiné en commission Culture du Sénat le 26 juin (suite à la remise du rapport de Jean-Raymond Hugonet), puis adopté hier en première lecture par les sénateurs.

Le passage du texte au Sénat apporte plusieurs modifications votées par amendements :

  • Diversité et droits culturels - Le texte adopté précise que le CNM, qui a vocation à « soutenir l’ensemble du secteur professionnel, dans toutes ses pratiques et dans toutes ses composantes, et en garantir la diversité » (art.1), doit agir « dans le respect de l’égale dignité des répertoires et des droits culturels ».
  • Soutien à la création - Là où 2e alinéa de l’article 1 accordait un soutien du CNM à l’attention de « la production, l’édition, la promotion, la distribution et la diffusion de la musique », les sénateurs ont ajouté que l’aide « à l’écriture, la composition et l’interprétation » relevait également du CNM.
  • Data - Le CNM gère l’Observatoire de l’économie de la musique qui devient l’Observatoire de l’économie « et de la donnée » pour la filière.
  • Formation - Si le texte prévoyait déjà que le CNM « assure un service de formation professionnelle à destination des entrepreneurs ou des porteurs de projets du secteur » (6° art. 1), il se complète dorénavant par une « une fonction d’ingénierie en formation professionnelle s’appuyant sur une activité de prospective, d’innovation et de développement des compétences ».
  • Innovation - Les députés avaient adopté une mission de veille technologique et de soutien à l’innovation, précisée en ces termes après le passage de la proposition de loi au Sénat : « Assurer une veille des technologies et des usages, et soutenir l’innovation en accompagnant le secteur dans ses transformations. »

Les sénateurs ont par ailleurs supprimé les demandes de rapports au Gouvernement concernant la mise en place et le financement du CNM, et les modalités du rattachement des organismes à celui-ci (art. 8 bis et 8 ter).


Musique et corona virus

Notre base d'infos ressources covid et musique

à la une

Y’a pas de quoi, c’était l’IRMA

Y’a pas de quoi, c’était l’IRMA - asso musique actuelle

À la fin du mois, l’IRMA va se dissoudre [1] pour se fondre dans le CNM, l’établissement public de filière qui va reprendre ses missions, activités et personnels. L’association, créée en 1986, va donc disparaître après plus de trente années au service de l’écosystème musical.
L’occasion d’un rapide retour sur cette longue aventure para-institutionnelle, ses inventions et les principes qui ont porté cette entité sans équivalent dans le monde.

Voir aussi


Nous suivre /asso.irma /IrmACTU