La Sacem sort ses chiffres : un recul de 3,8% en 2010

Publié le

Spectacle vivant

C’est lors du Printemps de Bourges que, comme l’an dernier, la Sacem a délivré son étude annuelle des droits perçus en provenance du spectacle vivant. Pour la première fois depuis dix ans, ils connaissent une baisse significative de 3,8% due notamment à une forte chute des revenus des tournées.

Claire Giraudin, responsable des études de la Sacem a présenté ses indicateurs en relavant notamment que « les droits d’auteur générés par le spectacle vivant en France ont reculé de 3,8% en 2010, pour s’établir à 75,5M€ (contre 78,5M€ en 2009) » en précisant « qu’il s’agit d’une première dans ce secteur qui avait depuis une dizaine d’années connu une croissance continue, et qui représente 9,2% de la totalité des droits d’auteur de la Sacem en 2010  ».
On retiendra que cette baisse se produit dans un contexte où, à l’inverse, les autres perceptions progressent dans leur ensemble (743,5M€ en 2010 contre 683,8M€ en 2009).
Cette baisse s’expliquerait principalement par une forte chute des revenus des tournées, de – 14%, ces dernières représentant une part très importante des droits (35%) mais un tout petit nombre séances (4%).

Cette présentation était d’ailleurs l’occasion d’indiquer que, pour les droits provenant des concerts, on pouvait distinguer 4 catégories :
La Sacem sort ses chiffres : un recul de 3,8% en 2010  • secteur associatif (dont festivals) : 41% des droits,
-  • tournées : 35% des droits,
-  • salles : 9% des droits,
-  • musique symphonique : 4% des droits.

C’est en 2009 que les perceptions de droits d’auteurs provenant du spectacle vivant ont dépassé celles provenant du secteur ”phono & vidéos“, ceci s’étant reproduit en 2010 (75,5M€ pour le spectacle vivant, 64,2M€ pour le secteur “phono et vidéo”).
La Sacem en profitait également pour indiquer que, pour les concerts de musiques actuelles (+ humour), 267.411 titres différents ont donné lieu à une répartition en 2010, rapprochant ce chiffre des 74.000 titres suivis par Yacast sur son panel en 2009.

Mais la plus grande nouveauté de ces indicateurs portait sur un focus identifiant le poids des ACI (auteurs-compositeurs-interprètes) au sein des ayants droit. Ils représentent aujourd’hui 8% des membres de la Sacem, cette catégorie progressant de 14% (soit bien plus que la progression du nombre de sociétaires, + 5%). Plus significatif encore, le nombre de concerts déclarés au format ACI a progressé de 63% en 4 ans.

Table ronde – chiffres Prodiss et CNV

Ces chiffres furent présentés en ouverture d’une conférence organisée par la Sacem et le Prodiss, en collaboration avec le CNV et s’interrogeant sur « le rôle du spectacle vivant dans le développement des carrières des créateurs et des artistes : assiste-t-on vraiment à un effet “one shot” ».
Là aussi, un certain nombre chiffres ont été mis sur la table.

Selon le Prodiss :
-  • plus de 1.000 artistes ou spectacles français professionnels en tournée dont 4% dans des salles supérieures à 3.500 places, 30% dans des salles moyennes (1.000 à 3.500 places) et 66% dans les « petites salles » (inférieure à 1.000 places),
-  • Producteurs de spectacles : plus de 250 entreprises dont 95% de PME employant moins de 15 salariés pour des chiffres d’affaires de 3 à 15M€ (seules 15 sociétés dépassant 10M€).

Selon le CNV :
-  • 56% des dates présentées dans des jauges inférieures à 500 places (27% dans des salles de moins de 250) en 2009,
-  • 17 dates en moyenne par projet, avec une majorité de projets d’une durée inférieure à 3 mois,
-  • baisse de11% du nombre d’artistes et de techniciens par projet entre 2006 et 2009.

Selon la Sacem :
-  • baisse de 5,9% de la part du répertoire Sacem dans la catégorie “concerts musiques actuelles et humour” en 4 ans (soit une part de 65% en 2010).


Nous suivre /asso.irma /IrmACTU