La FAMDT s’alarme de la situation des musiques traditionnelles

Publié le lundi 23 février 2015

Politique culturelle

La Fédération nationale des associations de musiques et danses traditionnelles (FAMDT) adresse une lettre ouverte à la ministre de la Culture "pour l’alerter sur la situation alarmante" des acteurs de ce secteur en France et formule plusieurs préconisations.

La FAMDT s'alarme de la situation des musiques traditionnelles

Le 10 février 2015, la FAMDT a adressé un courrier à Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, pour lui faire état de la situation du secteur des musiques et danses traditionnelles en France. Cette lettre aborde un ensemble d’aspects : moyens financiers, accès aux médias, conditions de production et diffusion, représentativité dans l’enseignement contrôlé par l’État, etc.

Extraits
Cette situation a été mise en exergue par un état des lieux « Tour de France » mené par notre Directeur M. Bernard GUINARD en 2013 et 2014. Son étude en profondeur du secteur a montré que les moyens - déjà très faibles en comparaison d’autres esthétiques musicales – accordés par le Ministère à ces musiques n’ont cessé de décroître ces dernières.
Le « Tour de France » a également souligné un phénomène qui vient amplifier les difficultés : le désengagement massif des collectivités locales à l’égard des associations de musiques et danses traditionnelles.
Pour compléter cet état des lieux préoccupant, il convient aussi d’évoquer nos labels de disques exsangues, le manque de médias spécialisés (écrit, internet, radio, TV).
Cette situation dégradée n’est pas le seul fait des contraintes budgétaires. Elle est le fait des choix politiques opérés par les différents Ministres de la Culture et par les élus locaux (...) ll nous aparaît important de rappeler que « les droits culturels sont à l’égal des autres droits de l’Homme une expression et une exigence de la dignité humaine » (Déclaration de Fribourg).

Proposition 1
Prendre des décisions fortes et contraignantes en matière de la diversité musicale à la radio et à la TV.

Proposition 2
La labellisation par l’État des lieux de création/diffusion professionnels : le Chantier, le Nouveau Pavillon, Amzer Nevez, UPCP - Métive, la Grande Boutique.

Proposition 3
Reconsidérer à la hausse le soutien apporté par l’État aux centres de musiques traditionnelles en région (CMT).

Proposition 4
Une inscription claire et forte des musiques et danses traditionnelles dans l’enseignement musical et chorégraphique.

Mis à jour le 23 février 2015

Nous suivre /asso.irma /IrmACTU