La Cour des comptes recommande la suppression de la Caisse des congés spectacles

Publié le

Social

Une nouvelle fois, la caisse des congés spectacle est dans la ligne de mire de la Cour des comptes. Dans un pré-rapport, elle pointe une gestion opaque, de profonds dysfonctionnements sur les paiements, et des augmentations de salaires des équipes dirigeantes injustifiée.

La Cour des comptes recommande la suppression de la Caisse des congés (...)Dans un pré-rapport rendu public par le site News Tank Culture, la Cour des Comptes épingle une nouvelle fois la caisse des congés spectacle. En cause, une gestion opaque jugée calamiteuse, de nombreux dysfonctionnements dans les versements, et "une augmentation salariale injustifiée, voire abusive, pour l’équipe de direction." Et pour remédier au problème, la solution avancée dans le rapport est une suppression pure et simple de la caisse.

Ce n’est pas la première fois que celle-ci se retrouve dans la ligne de mire de la Cour des comptes. Déjà en 2008, avaient été soulignés les problèmes de ralentissement et de retard dans les paiements des indemnités. Il semblerait que les choses n’ont pas été améliorées depuis. Ainsi, entre 2006 et 2012, ce sont pas moins de 102 millions d’euros qui n’auraient pas été versés, de manière définitive à plus de 242 000 intermittents. Dans le même temps, le triplement du salaire du délégué général entre 2009 et 2012 interroge.

En 2009, suite aux premiers constats de dysfonctionnement, le gouvernement, sur proposition des représentants des salariés et des employeurs, avait décidé de transférer la gestion à un autre organisme. Mais cette décision n’avait pas été suivie d’effet. La situation ne s’étant pas améliorée, la Cour des comptes préconise cette fois-ci une suppression pure et simple, remplacée par un paiement direct par l’employeur d’une indemnité compensatrice de congé à l’issue de chaque contrat. Si la mauvaise gestion de la caisse fait consensus, pas sûr que sa disparition soit la solution la plus largement partagée, notamment du côté de syndicats.


Nous suivre /asso.irma /IrmACTU