L’incendie de l’entrepôt Sony : Pias dément la thèse de l’acte prémédité

Publié le lundi 5 septembre 2011

Musique enregistrée

Les émeutes qui ont agité Londres début août ont vu brûler l’entrepôt de SonyDADC, situé dans la banlieue d’Enfield. Abritant les services de distribution de Pias pour le Royaume-Uni et l’Irlande, la catastrophe met en difficulté de nombreux labels indépendants, qui ont vu une partie de leurs stocks partir en fumée. La confusion des émeutes pourrait avoir servi à la réalisation d’un acte prémédité. Peter Thompson, directeur général de Pias, a démenti cette affirmation.

C’est une véritable catastrophe pour les labels indépendants. Le vaste entrepôt de 20 000 m2 appartenant à Sony music et Pias (Play It Again Sam) servait également de centre de stockage pour de très nombreux labels indépendants, parmi lesquels Domino (Franz Ferdinand, Adel, Arctic monkeys...), Warp (Brian Eno, Aphex twin, JAmie Lidell...), ou encore Beggars group (qui regroupe les labels Matador, XL recordings, 4AD...).

Des stocks entiers partis en fumée

Ainsi, plus de 165 labels indépendants distribués par Pias (le plus grand distributeur indépendant d’Europe) auraient été touchés. Plus de 2,5 millions de CD, des centaines de milliers de vinyles DVD et Blu-ray sont ainsi partis en fumée. Beggars estime ainsi ses pertes propres à 750 000 unités. Thrill Jockey a perdu environ 300 000 dollars, Domino Records aurait perdu tout son stock du nouveau single d’Arctic Monkeys et Ninja Tune estime que 100 000 exemplaires d’albums ont disparus.

Les plus petits labels, non ou mal assurés, auront énormément de mal à s’en relever. Et pour tous, la reconstitution des stocks de vastes catalogues risque d’être longue et coûteuse. Warp indique ainsi que certaines parutions pourraient ne plus jamais être offertes en format physique.

Pias et AIM (Association of independent music) ont mis en place un fonds de soutien pour aider les plus durement touchés. Cependant, la question des DRM (Droits de reproduction mécanique) déjà payés pour des produits qui ne pourront être commercialisés reste en suspens. Un bras de fer pourrait s’engager avec PRS (Performing Rights Society).

Un acte prémédité ?

C’est ce qu’affirme le journaliste John Bingham, du Telegraph. Il indique dans un article daté du 30 août que l’étude des faits ferait penser à un coup monté par des spécialistes : "evidence has now emerged suggesting that the well-guarded Sony DADC distribution centre was deliberately targeted by a professional gang, in a carefully planned raid, using the riots as a distraction". ("La preuve semble faite que le très bien gardé centre de distribution de Sony DADC ait été délibérément visé par une équipe de professionnels ayant soigneusement planifié leur raid et ayant utilisé les émeutes comme diversion").

Pour Peter Thompson, directeur général de Pias, la thèse de l’acte prémédité par un "gang" de professionnels, relayée par le Telegraph, serait une pure invention. Interrogé par NME, il juge fantaisiste les arguments avancés par John Bingham.

L’enquête en cours devrait permettre de faire la lumière sur cette catastrophe qui risque d’affecter durablement bon nombre de labels indépendants.

— -

La vidéo de l’incendie :


Nous suivre /asso.irma /IrmACTU