L’économie de la production musicale en 2009

Publié le mercredi 25 août 2010

Musique enregistrée

Le Syndicat national de l’édition phonographique (Snep) publie son rapport annuel "L’économie de la production musicale", qui retrace le bilan de l’année écoulée. En plus des indicateurs annuels sur le marché de la musique enregistrée, il présente des informations sur la consommation de musique digitale et rappelle les mesures attendues en 2010.

Le Snep pointe tout d’abord un net ralentissement de la baisse du marché en 2009, puisque celui-ci chute de 3,2% par rapport à 2008, tandis qu’il avait chuté de 15% l’année précédente.

Le marché numérique se restructure peu à peu : même si les ventes numériques sont en très légère baisse (-1,9%), le téléchargement légal progresse de 56%, et le chiffre d’affaires du streaming a plus que doublé en 2009.

Au niveau de la production, on peut souligner :
- le nombre d’albums commercialisé a baissé de 62%
- le nombre de singles commercialisés a été divisé par 6
- les investissements marketing et promotion ont chuté de 56%
- un déficit d’artistes qui tend à se creuser (le nombre de contrats rendus est supérieur au nombre de nouvelles signatures).

A l’échelle mondiale, le marché de la musique enregistrée a baissé de 7,2% par rapport à 2008, et a représenté 17 milliards de dollars. Les marchés américains et japonais subissent de fortes chutes (-10%) tandis que les marchés européens se redressent (+1,9% au Royaume-Uni, -3% en Allemagne, -2,7% en France).

Par ailleurs, le Snep propose cette année quelques chiffres sur la consommation de musique digitale :
- une étude a comparé les pratiques entre l’Europe et les Etats-Unis et a permis de constater que la pratique du téléchargement légal était deux fois plus implantée aux Etats-Unis qu’en Europe, et à l’inverse, si 14% des consommateurs européens sont concernés par le téléchargement illégal en Europe, seulement 3% le sont aux Etats-Unis.
- l’explosion des smartphones engendre une consommation de musique de plus en plus nomade.
- la musique est de plus en plus liée à l’image et à la vidéo, avec l’essor des réseaux sociaux et des plateformes de partage vidéo.

Le Snep souligne également le déclin de la musique à la radio et à la télévision, et reprend une étude réalisée par Tera Consultants sur les conséquences de la piraterie.

Dans ce rapport, le syndicat détaille certaines mesures "très attendues pour 2010" et dans lequel il est mobilisé pour "défendre les intérêts des producteurs phonographiques" et "proposer des solutions destinées au développement des offres légales sur Internet" :
- l’application de la loi "Création et Internet" et la mise en place de l’Hadopi,
- le lancement de la carte musique jeune,
- le placement de produits rendu possible dans les vidéomusiques,
- et le prolongement du crédit d’impôt phonographique.

Voir le sommaire en ligne


Télécharger "L’économie de la production musicale 2010"


Nous suivre /asso.irma /IrmACTU