L’IFPI publie son rapport sur la musique en ligne 2005

Dans ce rapport, la Fédération Internationale de l’Industrie Phonographique (IFPI), en partenariat avec le SNEP, analyse comment l’offre légale de musique en ligne s’est développée dans le monde entier et en France.

« Le défi majeur de l’industrie phonographique ces dernières années a été de rendre la musique en ligne plus facile à acheter qu’à voler. En ce début d’année 2005, tandis que la musique numérique légale quitte le marché de niche sur lequel elle était alors cantonnée pour accéder au rang des biens de consommation courante, cette ambition devient une réalité.

Comme en atteste ce rapport, l’année 2004 aura vu se produire un véritable bouleversement du paysage de la musique numérique. Et ce marché devrait également enregistrer une croissance rapide en 2005.

Voici quelques-uns des points clé examinés dans ce rapport :
- Les maisons de disques ont numérisé et concédé sous licence plus d’un million de titres.
- Le nombre de plateformes légales de services en ligne sur lesquels les consommateurs peuvent acheter de la musique a quadruplé.
- Les sites légaux tels que iTunes et Napster ont désormais acquis une notoriété mondiale.
- Le marché du téléchargement légal de musique enregistre une progression exponentielle.
- Pour la première fois cette année, les maisons de disques ont dégagé des revenus substantiels de la vente de musique en ligne.
- Les ventes de musique en ligne pourraient représenter jusqu’à 25% des ventes totales d’ici cinq ans.
- L’attitude des consommateurs évolue.

Les sites légaux de musique en ligne ont accompli ce que certains pensaient être inimaginable il y a seulement un an : ils ont démontré qu’ils pouvaient rivaliser avec les alternatives gratuites illégales. La musique en ligne a aujourd’hui une valeur incroyablement intéressante pour le consommateur : en Europe, pour 99 cents (le prix d’un ticket de metro ou d’un soda), vous pouvez désormais télécharger un morceau de musique que vous pourrez conserver toute votre vie. Tous ceux qui invoquaient l’absence d’alternative légale de distribution numérique, pour justifier la pratique du piratage, n’ont désormais plus aucune excuse. »

John Kennedy, PDG de l’IFPI. Introduction au Rapport sur la musique en ligne 2005.

Accéder à l’intégralité du Rapport sur la musique en ligne 2005 dans la bibliothèque en ligne de l’irma.


Nous suivre /asso.irma /IrmACTU