L’Adami réagit au lancement de la nouvelle plateforme de streaming de Deezer

Publié le lundi 6 juin 2011

Musique enregistrée

Dans un communiqué daté du lundi 6 juin, l’Adami réagit au lancement de la nouvelle plateforme de streaming de Deezer. Si l’Adami se réjouit du nombre croissant d’internautes ayant recours à une offre légale payante, elle voit dans la limitation annoncée à 5 heures d’écoute par mois une satisfaction des exigences des producteurs qui aurait pour conséquence l’avènement d’une "licence globale privative".


"lundi 6 juin 2011
Communiqué de presse

Deezer et streaming par abonnement : vers une licence globale privative

Deezer présente aujourd’hui sa nouvelle plateforme de streaming et annonce environ 1,2 millions d’abonnés. C’est un progrès considérable de constater qu’autant d’internautes se tournent vers une offre légale payante. Cela devrait conduire à une meilleure rémunération des artistes sous réserve que les producteurs répercutent ces nouvelles recettes vers les interprètes.

Pourquoi alors limiter l’écoute gratuite à 5 heures/mois comme vient de l’annoncer le champion français du streaming ? Nous y voyons l’exigence des producteurs qui une fois de plus se trompent de modèle économique.

Imaginez qu’on limite l’écoute de la radio à quelques heures par mois. Les ventes de disques s’en trouveraient elles dopées ?

Cette stratégie aura pour conséquence l’avènement d’une licence globale « privative » contrôlée par les producteurs phonographiques. Ces derniers, en 2005 durant la loi DADVSI, avaient vigoureusement combattu la licence globale au motif qu’elle était contraire à l’idée de marché. Ce précepte est aujourd’hui oublié. Le modèle proposé ouvre la porte à la concentration et nuira à la diversité.

Il y a urgence à mettre en place une gestion collective des droits musicaux sur Internet comme l’a proposé l’Adami. C’est le seul moyen de partager équitablement la valeur du nouveau modèle économique de la musique et de garantir une réelle diversité, artistique ET économique, sur les nouveaux médias que sont les plateformes de diffusion musicale sur internet."


Contact :

Benjamin Sauzay

01 44 63 10 12 / 07 86 95 55 94
bsauzay@adami.fr


Nous suivre /asso.irma /IrmACTU