L’Adami organise les 12es REA à Cabourg

Publié le mercredi 30 novembre 2011

Rencontre

Les Rencontres Européennes de l’Adami réuniront à Cabourg, les 8 et 9 décembre, les intervenants de la filière pour réfléchir à l’impact de la révolution numérique sur les pratiques des artistes-interprètes et l’économie de la culture.

3 ateliers se tiendront pendant les REA... qui parleront d’artistes, de musique, d’audiovisuel, de gestion collective, de politique...

Atelier 1 : L’avenir de la gestion collective : concurrence, privatisation ou coopération ?

Héritière des luttes syndicales, la gestion collective des droits des artistes s’est construite sur modèle national, produisant un maillage très complet des territoires, tout particulièrement en Europe. Internet a rompu cet équilibre en instaurant un monde où la notion de frontières est mise à mal. Dans pareil contexte, les tentations sont fortes, à Bruxelles, à Londres ou dans la Silicon Valley, de mettre en œuvre une gestion « globale » des droits des artistes en rupture profonde avec les pratiques d’aujourd’hui.
Qui demain rémunérera les artistes ? Les SPRD actuelles, Google, Apple ou une SPRD unique de taille européenne ou mondiale ?
Mondial ou local : quel sera le modèle pour l’avenir de la gestion collective des droits des artistes ?

Débat modéré par Bruno Boutleux, Directeur général de l’Adami

intervenants :
Michel Joubert, chanteur, administrateur de l’Adami
Bjorn Juell-Sundbye, SCAPR (Danemark)
Bernard Miyet, Président du GESAC
Laurence Oxenbury, PPL (Royaume Uni)
Jacques Toubon, ancien Ministre, délégué de la France pour la fiscalité des biens et services culturels
Mark Isherwood, Global repertoire database
Andy Prodger, Directeur général, British equity collecting society (Royaume Uni)

Atelier 2 : Musique et audiovisuel : vers un flux absolu ?

L’industrie culturelle est jalonnée de nombreuses révolutions technologiques. De l’invention du phonogramme au Cloud computing, en passant par le streaming sur Internet, la propriété intellectuelle a dû s’adapter. On assiste à la dématérialisation des œuvres, avec à la clef leur démonétisation. Quelle peut être la réponse et comment adapter la législation au regard de cette évolution de la production et de l’accès aux œuvres ? Quel est l’impact sur nos professions, nos revenus et quel mode de gestion ?

Débat modéré par Jean-François Dutertre, délégué général de l’Adami

intervenants :
Alain Bazot, président de l’UFC Que choisir
Alain Charriras, musicien, administrateur de l’Adami
Petter Jenner, International music registry - Besson (Royaume Uni)
Laurence Le Ny, directrice musique Orange
Jean-Christophe de Launay, syndicat des éditeurs de musique en ligne
Fleur Pellerin, responsable de l’économie numérique dans l’équipe de François Hollande

Atelier 3 : Les artistes-interprètes et la politique : si j’étais président…

Autour de Philippe Ogouz et d’Olivier Poivre d’Arvor, Nicoletta, Alan Stivell, Boris Bergman, Patrice Caratini et Sophie Deschamps ont accepté de se prêter au jeu de la question présidentielle, Si j’étais Président ? La vision d’un « idéal culturel » par ceux qui sont au cœur de la création : les artistes.


Le site de l’Adami


Nous suivre /asso.irma /IrmACTU