L’Adami modifie et complète ses dispositifs d’aides financières

Financement

L’Adami met en place de nouveaux critères d’accès aux aides qu’elles proposent. Il s’agit d’axer plus efficacement son soutien aux artistes professionnels et aux structures de production qui les emploient. Elle complète aussi ce dispositif par la création d’une commission d’aide aux premières parties.


NOUVEAUX CRITERES

Pour favoriser l’emploi des artistes et la diffusion de la création, le Conseil d’administration de l’Adami a déterminé des nouveaux critères pour obtenir des aides financières aux projets artistiques. Ces aides, distribuées grâce à la perception de la copie privée qui autorise le public à copier pour son usage personnel le travail enregistré des artistes, participent largement au financement de la création artistique. Le fruit du travail des artistes retourne aux artistes. C’est pourquoi ces nouveaux critères réaffirment la volonté de l’Adami de soutenir les artistes professionnels, en répondant plus efficacement aux besoins des structures de production qui les emploient.

En attendant une mise à jour des formulaires de demande d’aide, consulter le tableau général des critères 2006.

La direction de l’action artistique de l’Adami est disponible pour vous accompagner dans ces nouveaux critères.

Quelques modifications :

ENREGISTREMENT

- l’aide au disque devient une aide à l’enregistrement quel que soit le support,

- la demande reste formulée sur un budget global, cependant l’intervention de l’Adami, limitée à 1/3, est désormais basée sur l’addition des postes : 1- rémunération + 2- enregistrement + 3- post-production (idem sous-total FCM).

- pour toutes les demandes, une distribution commerciale est exigée.

Concernant les projets musiques actuelles, musiques traditionnelles, musiques du monde (Commission variétés) :

- 1000 exemplaires minimum pressés et destinés à la vente,

- avoir déjà enregistré un premier album (excepté pour les musiques traditionnelles).

Concernant les projets de musique classique, lyrique, contemporaine, jazz (Commission chefs d’orchestre et solistes de la musique et de la danse) :

- 500 exemplaires minimum pressés et destinés à la vente.

SPECTACLE VIVANT

Concernant les projets musiques actuelles, musiques traditionnelles, musiques du monde (Commission variétés) :

- Pour les créations : minimum de 10 services de répétition suivi d’une diffusion au minimum de 3 dates.

- Pour la diffusion : minimum de 10 dates en six mois.

Pour tous les projets :

- Les aides sont limitées à 5 par producteur sur 12 mois,

De plus, l’Adami sera particulièrement attentive à la part du budget consacrée à la rémunération des artistes ainsi qu’à la cohérence entre les prix de vente du spectacle et la rémunération des artistes-interprètes pour les représentations.

FESTIVAL

- le festival devra se dérouler sur 2 jours au moins,

- un minimum de 10 artistes, groupes ou compagnies doivent être programmés.

Plus d’infos


Demande d’aide pour une première partie

Consciente que la scène est un vecteur essentiel pour émerger et face à la difficulté pour un artiste apprenti d’intégrer le réseau professionnel, l’Adami souhaite, avec ce nouveau programme, inciter les producteurs à mettre en avant la programmation des premières parties avant l’artiste principal.

Attention aux délais de dépôt de votre dossier : il doit être étudié en commission avant la première date de concert. Les commissions ont lieu tous les mois sauf juillet et août.

Ce nouveau dispositif d’aide sera présenté par l’Adami durant le Printemps de Bourges (sur invitation).

Téléchargez la demande aide à la première partie (et pensez à ouvrir les onglets)

Plus d’infos



Nous suivre /asso.irma /IrmACTU