Hadopi : l’Adami pose des conditions à la concertation

Publié le

Numérique

Dans un communiqué daté du 23 mai, l’Adami salue le lancement d’une concertation sur l’Hadopi mais souhaite "la plus grande clarté concernant les responsabilités et interlocuteurs et l’engagement de discussions basées sur les propositions du candidat François Hollande".

Communiqué

Culture/Numérique : bis repetita ?

Hadopi : l'Adami pose des conditions à la concertationL’Adami accueille avec bienveillance la possible nomination de Pierre Lescure à la tête d’une mission de concertation sur l’Hadopi.

Néanmoins, les artistes s’inquiètent de la multiplication des interlocuteurs et des responsabilités et de ses effets sur la gouvernance de la culture et du numérique. Nous n’oublions pas que cette méthode de gouvernance s’est révélée totalement contre‐productive par le passé.


De plus, la mission Olivennes, suivie de la mission Zelnik puis de la médiation Hoog avaient abouti en leur temps à une absence totale de résultats sur la question de la rémunération des artistes. Si l’histoire venait à se répéter, la déception serait immense !

Les artistes interprètes seront donc particulièrement vigilants à ce que la question de l’Hadopi ne soit pas une nouvelle fois le sujet central des discussions contre celle de leur rémunération. Chaque jour, la précarité gagne de nouvelles catégories d’ayants droit. Il y a urgence.

Les artistes réservent par conséquent leur participation à toutes formes de concertation à certaines conditions essentielles et notamment la plus grande clarté concernant les responsabilités et interlocuteurs et l’engagement de discussions basées sur les propositions du candidat François Hollande : rémunération des artistes et des ayants droit, développement de l’offre légale, gestion collective, réforme de la copie privée.


Contact : Benjamin Sauzay
01 44 63 10 12
07 86 95 55 94
bsauzay@adami.fr
www.adami.fr



Nous suivre /asso.irma /IrmACTU