Forte baisse des investissements publicitaires des maisons de disques en radio/TV

Publié le lundi 29 juin 2009

Musique enregistrée

Au cours de l’année 2008, le secteur des éditions musicales a concouru aux recettes publicitaires en TV et radio à hauteur de 230,42 M €, soit une diminution de 24,1% par rapport à l’année 2007.

L’Observatoire de la musique vient de publier le Baromètre 2008 des investissements publicitaires du secteur des éditions musicales en radio et télévision. Ce rapport annuel est établi à partir d’un panel de 18 stations de radio et de 31 chaînes de télévision, les tarifs bruts étant annoncés par les régies publicitaires.

Extraits
Les investissements publicitaires tous secteurs confondus, s’élèvent en 2008 à 8 996,57 M € H.T. (dont 2 965,18 M € en radio et 6 031,39 M € en TV), en diminution de -1,3% par rapport à 2007. Mais ceux du secteur des éditions musicales, à hauteur de 230,42 M €, chutent de manière beaucoup plus prononcée que dans les autres secteurs. Les radios et télévisions enregistrent une baisse de -24,1% des investissement des labels et maisons de disques par rapport à 2007.
Ainsi, le poids de l’industrie musicale dans les médias traditionnels est de plus en plus faible, ce qui témoigne de l’économie fragile du secteur et qui ne constitue pas une bonne nouvelle pour les médias spécialisés (comme on vient récemment de le voir en presse avec l’arrêt de Musik, de Volume, ou encore la fusion de Jazzman et Jazzmag).
Les investissements du secteur des éditions musicales en
radio et en TV ne représentent plus que 2,6% de l’ensemble des
investissements publicitaires tous secteurs confondus.

L’étude constate que les investissements publicitaires du secteur des éditions
musicales en TV et en radio sont concentrés sur la promotion
des albums, à hauteur de 70,2%. Les parts consacrées aux
compilations, singles et DVD s’élèvent respectivement à 23,7%,
3,8% et 2,3%.
Les majors sont les principaux investisseurs (Universal : 32,6% (-2,1 pts vs. 2007), Warner : 22,2% (+3,8 pts vs. 2007), Sony BMG : 22,2% (-0,8 pt vs. 2007), EMI : 14,3% (-2,9 pts vs. 2007)), loin devant les indépendants (8,7% (+2 pts vs. 2007)).

En radio
Le montant consacré aux investissements publicitaires en
radio s’élève à 75,82 M € (-15,9% vs. 2007), représentant
32,9% de l’ensemble des investissements publicitaires du
secteur des éditions musicales en TV et en radio.
Des disparités entre les radios apparaissent :
— Les radios généralistes et plus particulièrement RTL (15,2%,
en hausse de +4,1 pts), radio à forte audience, captent une
part plus importante qu’en 2007.
— Parmi les radios musicales et thématiques, les parts de
marché de Radio Classique, Fun radio et Virgin radio
progressent, avec respectivement 14,9% (+6,8 pts vs. 2007),
8,4% (+2,4 pts) et 6,5% (+2,3 pts).
— A l’inverse, NRJ et Skyrock perdent respectivement -5,3 pts
et -7,9 pts de parts de marché, ne captant plus que 19,8% et
14,9% des recettes publicitaires des radios dans le secteur des
éditions musicales.
En terme stratégique, les positionnements des éditeurs divergent :
- Universal alloue ses plus forts investissements publicitaires à 
NRJ et RTL.
- EMI investit plus sur NRJ et Radio Classique.
- Warner investit principalement sur Skyrock et sur NRJ.
- Sony BMG se positionne sur RTL, Fun Radio et Radio
Classique.
- Les indépendants flèchent davantage sur Radio Classique.

En TV
Le montant des investissements publicitaires du secteur
des éditions musicales en TV, qui s’élève à 154,6 M €, subissent une décroissance encore plus vertigineuse (-27,5%
vs. 2007). TF1 et M6 demeurent les chaînes dominantes avec
52,7% (+4,2 pts vs. 2007) et 28,5% de parts de marché
(-0,5 pt vs. 2007). Certaines chaînes de la TNT telles que Virgin 17 (3,7%),
W9 (2,4%) et France 4 (1,4%) progressent respectivement de +1,5, +0,9 et +0,5 pt vs. 2007.
En réalité, ce sont sur les chaînes publiques (hors partenariat) que les investissements ont le plus baissé (anticipant en quelque sorte la loi sur la publicité à la télévision publique). Les parts de marché de France 2 et
France 3 s’élèvent respectivement à 2,6% (-2,7 pts vs.
2007) et 0,7% (-1,4 pt).
Des stratégies de positionnement apparaissent également :
— Warner, EMI et Sony BMG flèchent davantage sur TF1,
avec des investissements respectifs de 62,9% (+4,5 pts
vs. 2007), 58,4% (+6,4 pts) et 54,2% (+11,7 pts).
— Universal investit davantage sur M6 (26,3%, +1,5 pt
vs. 2007), Virgin 17 (5,2%, +2,7 pts) et NRJ 12 (2,9%,
+1,6 pt).
— Les indépendants, en particulier M6 Interactions,
consacrent une part beaucoup plus importante à M6, soit
48,1% (+16,5 pts vs. 2007).

A noter qu’au-delà de la diminution, la concentration des investissements est forte : le top 3 des artistes captant les plus forts investissements en radio et en TV (Johnny Hallyday, Francis Cabrel, Christophe Maé) totalise 14,38 M €, soit 6,2% du montant des investissements en radio
et en TV.

Lire l’étude


Nous suivre /asso.irma /IrmACTU