Facebook et Spotify s’associent pour rendre la musique plus "sociale"

Publié le

Numérique

Le réseau social Facebook a présenté ses nouveautés hier à San Francisco lors de sa conférence annuelle "f8". Parmi les innovations du système d’applications Open Graph, la possibilité d’écouter et de partager de la musique avec son réseau, grâce à l’association de partenaires comme Spotify.

Le fondateur de Facebook Mark Zuckerberg a présenté hier plusieurs innovations du réseau Facebook, qui compte aujourd’hui plus de 800 millions de comptes actifs, dont 500 millions se connectent quotidiennement.
le maître mot de ces innovations est certainement "sérendipité" (le fait de faire une découvrir une chose alors qu’on en cherchait une autre).
En effet grâce au système de développement d’applications Open Graph, les utilisateurs pourront découvrir de nouveaux contenus (musique, vidéos...), par affinités et en temps réel.

Un nouveau modèle de prescription musicale
Il est désormais possible, via le "ticker" (flux d’actualité continu sur la droite de la page) de savoir ce que ses amis écoutent en temps réel. Cela permet non seulement d’écouter la même chose, mais aussi de proposer d’autres titres à son réseau. "Être capable de cliquer sur la musique qu’écoutent ses amis est déjà une belle expérience, mais savoir que l’on a contribué à lui faire découvrir d’autres musiques, et de développer des goûts communs, c’est encore mieux", a déclaré le fondateur de Facebook.

Se félicitant de l’utilisation d’Open Graph faite par les entreprises de services musicaux en ligne, il ajoute : "ils ont parié sur le fait que la clé pour faire marcher l’industrie musicale n’est pas d’empêcher les utilisateurs d’écouter des chansons qu’ils n’ont pas achetées, mais d’essayer de les aider à découvrir tellement de nouveaux titres qu’ils seront prêts à en acheter bien plus qu’ils ne l’auraient fait autrement."

"Un grand jour pour l’industrie musicale et tous les amateurs de musique".
Daniel Ek, président et fondateur de Spotify, est alors invité sur scène.
Il retrace rapidement l’histoire du projet en indiquant que "pour faire sortir les gens de la piraterie, l’évolution des services musicaux devait d’abord être gratuite". La plateforme a ensuite analysé les pratiques de consommation musicale par ses utilisateurs également connectés à Facebook : ceux-ci écoutent plus de musique, dans des esthétiques plus variées, et sont davantage "engagés" dans leur pratique musicale. Ils seraient alors "au moins deux fois plus enclins à payer pour la musique".
Ce nouveau mode de découverte musicale "sociale" vise alors, pour Facebook et Spotify, à ce que "les personnes paient de nouveau pour la musique, et c’est comme cela que les artistes pourront continuer à créer."

Vidéo de la conférence f8  :
intervention sur la musique à partir de la 41’, arrivée de Daniel Ek (PDF de Spotify) à 48’30 :

Mais Spotify n’est pas la seule entreprise à s’être associée à Facebook pour fournir des services d’écoute de musique. Une douzaine d’entreprises américaines en font partie, dont tunein, iHeartRadio, earbits, rdio, Jelli, mixcloud, turntable, ainsi que le français Deezer.

Ce nouveau système n’inclut pas uniquement la musique, et s’élargit à tout ce qui est vu, lu, écouté, visionné… La "timerline" (ou journal, nouvelle version du profil) est là pour stocker tous ces éléments. Des applications similaires pour la vidéo, seront notamment proposés par Hulu ou Dailymotion.


Parmi les autres nouveautés, on peut également noter que le bouton "J’aime" évolue et se décline désormais en plusieurs verbes, dont écouter, partager, lite, commenter…


Nous suivre /asso.irma /IrmACTU