Écouter, ressentir et comprendre la musique

Appel à projets Sciences humaines

Appel à communications

La revue Sociétés du Centre d’étude sur l’actuel et le quotidien prévoit la parution d’un numéro consacré à la musique dont la problématique concerne "le faire, la pensée, la compréhension et l’expérience de la musique". L’appel à communications est lancé.

Revue Sociétés N°105 (3/09) : « Écouter, ressentir et comprendre la musique »

Présentation de la problématique
Un des défis actuels des sciences humaines et notamment de la sociologie de la musique, est de
développer des outils appropriés pour comprendre les phénomènes sociaux.

Alors que les notions de vérité absolue, de linéarité historique, de progressisme et de rationalité
dessystèmes sociaux ne font plus sens face à la complexité et à la diversité de l’expérience du
quotidien, il s’agit de trouver une approche qui se veut plus attentive à la multiplicité des formes de
socialisation, des styles de vie, valeurs et significations qui font le monde social au jour le jour. Les
pratiques musicales sont une des manifestations de cette complexité du social et de l’expérience du
quotidien. Longtemps rejetée car jugée irrationnelle et ne relevant pas de la vie sérieuse (Durkheim), la
musique doit être aujourd’hui pensée à la fois dans sa totalité et sa diversité.

Bien au-delà d’une mode et bien au-delà de la catégorie de la jeunesse, les musiques populaires
touchent aujourd’hui toutes les générations et accompagnent la vie des individus. Ce qui était adage
(la musique des jeunes) est devenu caduque. Elles ne sont plus synonymes de passade, ne sont plus « 
légères » (Adorno) et bien au-delà de l’idée de force de production, elles relèvent de l’expérience, des
affects et font partie intégrante du mode de vie des individus.

D’un autre côté, les catégories de musique savante ou sérieuse deviennent de plus en plus obsolètes,
car elles pointent vers une conception élitiste et ethnocentrique de la musique, liée à l’idée d’une
esthétique pure et au-dessus du monde social. Dans la société contemporaine, la notion d’art est
amplifiée, ne faisant plus référence aux oeuvres d•´une « haute culture », mais se généralisant dans un
ensemble d•´expériences quotidiennes(Maffesoli). La musique « savante » devient une sensibilité
partagée au milieu d’une constellation de manifestations artistiques. Il se forme une scène autour de
cette musique comme autour du rock, de la techno, du jazz, et de tout autre genre musical.

Ainsi, les oppositions traditionnelles entre musiques populaires et musiques savantes doivent être
dépassées. Le panorama musical contemporain est caractérisé par la coexistence, la fluidité, la
flexibilité et la pluralité des notions artistiques. Qu’elles soient savantes ou populaires, ces musiques
touchent aux affects et ont un impact fort dans le parcours socialisateur des individus et des tribus.
Elles font sens pour ceux qui se reconnaissent en elles.
C’est dans cette perspective que nous organisons un nouveau volume de Sociétés intitulé « Écouter,
ressentir et comprendre la musique ». Nous avons pour objectif de publier des articles proposant des
questionnements, des outils, des méthodes, afin d’approcher les manifestations musicales ; des
recherches portant sur le faire, la pensée, la compréhension et l’expérience de la musique. Comment
saisir cet objet immatériel qui mobilise les affects, engendre des passions ou des rejets ? Comment
approcher les genres, les formes, les médiations, la circulation, l’appropriation et la réception de la
musique ? Comment penser ces rassemblements autour d’esthétiques musicales partagées ? Quelle
posture doit adopter le scientifique ?

Date limite de dépôt des articles : 29 mai 2009

Envoyer à  :
Tatyana Jacques : taty.aj@gmail.com
Laure Ferrand : laure.ferrand@ceaq-sorbonne.org

Charte graphique : Nombre de caractères du texte, espaces compris, entre 15 000 et 20 000 signes/
Police de caractère : Times New roman 12, interligne 1.5/ résumé de 10 lignes en français et anglais/
Mots clés (3 ou 4) en français et anglais/ Bibliographie standardisée/ Qualité et adresse
professionnelle de l’auteur.

Plus d’infos sur la revue Sociétés


Nous suivre /asso.irma /IrmACTU